Belgique

C'est une question qui se pose inévitablement à l'issue du mouvement de blocages de prisons qui se poursuivaient mercredi matin partout en France. Qu'en sera-t-il du transfert vers Bruxelles de Salah Abdeslam, dont le procès pour la fusillade de Forest s'ouvre le lundi 5 février devant le tribunal correctionnel de Bruxelles?

C'est en effet le dixième jour de ce mouvement massif des surveillants de prison. Le mouvement, qui est parti de la prison de Vendin-le-Vieil - où doit normalement être transféré Salah Abdeslam pendant son procès à Bruxelles - ne semble en effet pas faiblir.

Un galop d'essai avec Jawad Bendaoud

On a pu avoir une idée ce mercredi matin de la détermination des gardiens de prison et de leur volonté de frapper l'opinion. Le syndicat avait menacé d'empêcher l'extraction de Jawad Bendaoud, "le logeur d'Abaaoud", pour le début de son procès à Paris. Mercredi, les forces de l'ordre ont dû dégager les accès barrés par une centaine de surveillants à la prison de Fresnes où le prévenu avait été transféré lundi.


Il reste 12 jours avant le procès de Salah Abdeslam. Il doit être transféré de la prison de Fleury-Mérogis vers la prison de Vendin-le-Vieil, située non loin de la frontière belge. C'est de cette prison qu'il doit être transféré quotidiennement pour son procès à Bruxelles, les 5, 6, 8 et 9 février.

Vendin-le-Vieil à la pointe du combat

C'est de plus à Vendin-le-Vieil qu'a débuté le mouvement de protestation des surveillants après qu'un détenu, Christian Ganczarski eut agressé des gardiens avec une paire de ciseaux le 11 janvier. Ce détenu est considéré comme le cerveau des attentats de Djerba en 2002.

A Vendin-le-Vieil, la venue de Salah Abdeslam ne rassure pas. Il y sera logé dans un des trois bâtiments de la prison destiné à accueillir les islamistes. Il devrait être le seul dans ce quartier de l'établissement. Les syndicats pointent la situation géographique de Vendin-le-Vieil qui, isolé en pleine campagne, le rendrait vulnérable.