Belgique

Le Syndicat autonome des conducteurs de trains (SACT) a décidé lundi soir de lever temporairement son mouvement de grève, rapporte Olivier Jardez, son porte-parole. Les actions prévues tous les samedis de cet été sont supprimées. "Mais ce n'est pas un abandon, loin de là. Nous reviendrons avec des actions plus fortes en septembre", insiste Olivier Jardez. Les conducteurs de train affiliés au syndicat autonome SACT entendaient observer des arrêts de travail tous les samedis pendant 24h00 entre le 18 juillet et le 29 août. Mais, ce samedi, l'impact sur le réseau s'est révélé très limité. A l'issue d'une réunion, le syndicat a décidé de lever temporairement son mouvement.

"D'abord pour une raison interne: la direction de la SNCB a tout fait pour éviter les conséquences de la grève (notamment en faisant appel à des conducteurs de réserve, NDRL). Les conducteurs grévistes sont mécontents d'avoir perdu leur journée", explique le porte-parole du syndicat.

Les membres du SACT ont également pris cette décision "par respect pour les navetteurs, afin de ne pas les prendre en otage en période de vacances", ajoute M. Jardez.

Enfin, la direction de la SNCB vient de signifier au syndicat qu'elle estimait ses actions non couvertes à partir de samedi prochain et que les grévistes seraient donc considérés comme absents. "Nous contestons cette interprétation et l'analysons sur le plan juridique. Mais, en attendant, nous avons préféré éviter tout risque", indique le syndicaliste.

"On a subi de grosses pressions politiques et de la SNCB", reconnait-il. Tout en déplorant l'absence d'avancée sur le fond. "On est dans le mépris; le climat est encore plus tendu. On envisage une grève 'au finish' en septembre."

Le SACT affirme représenter un tiers des 3.800 conducteurs de train. Il revendique de meilleures conditions salariales et dénonce des conditions de travail particulièrement difficiles pour ces derniers.