Grève du zèle à l'aéroport de Charleroi dès mercredi

Rédaction en ligne (avec Belga) Publié le - Mis à jour le

Belgique

Les policiers fédéraux basés à l'aéroport de Charleroi (BSCA) mèneront dès mercredi des actions relevant de la grève de zèle, a annoncé lundi Jérôme Aoust, permanent SNPS (Syndicat national de police et de sécurité). Les contrôles dont ils sont chargés seront selon lui volontairement effectués de façon plus minutieuse et entraîneront vraisemblablement un allongement des files et du temps d'attente dans l'aéroport.

Les représentants du SNPS n'ont pas obtenu lundi matin lors d'une réunion du comité national de négociation pour les services de police les renforts en personnel qu'ils exigeaient pour l'aéroport de Charleroi. 61 agents y sont aujourd'hui concentrés "alors que les besoins en réclameraient 77", selon le SNPS. "Une dizaine des agents présents aujourd'hui sur le site ne sont en outre pas totalement formés pour le travail de contrôle qu'ils ont à effectuer', a ajouté Jérome Aoust.

Lundi, lors de la réunion du comité, les représentants du SNPS se sont vus proposer selon eux le remplacement des dix agents en question par dix autres policiers formés aux exigences du contrôle aéroportuaire. "Nous n'avons pas retiré pour autant notre préavis de grève car la proposition sur la table ne résolvait en rien le déficit dénoncé", a indiqué Jérôme Aoust.

Vendredi dernier, le SNPS avait déposé le préavis de grève. Les actions qui débuteront mercredi pourraient se prolonger jusqu'à la fin août.

Retards possibles à Brussels Airport dans les jours à venir

Un préavis de grève des agents de la police aéroportuaire basés à Zaventem est arrivé à échéance vendredi dernier. Selon nos informations, aucune action ne devrait débuter à Brussels Airport ce lundi. Mais ce n'est pas pour autant que les agents de police portuaires n'entameront pas d'actions dans les jours à venir et ce à n'importe quel moment. Soyez donc prudents. "Dates et heures seront communiquées à la dernière minute", affirme Geert Cockx, président national de la SNPS. Les actions tant redoutées par les voyageurs pourraient durer une à deux heures. "Notre but n'est pas d'asphyxier l'aéroport", explique Geert Cockx.

Le SNPS a donc appelé sa base à ne pas arrêter massivement le travail mais à privilégier les actions ponctuelles "pour réduire le plus possible l'impact sur les passagers". Il n'est toutefois pas exclu que des retards soient enregistrés au niveau des contrôles frontaliers. Selon Geert Cockx, les vols à destination de pays hors espace Schengen pourraient être les plus touchés.

Le syndicat conseille aux voyageurs de "se présenter rapidement aux contrôles, afin qu'ils ne ratent pas leur vol si ces contrôles devaient accuser du retard en raison d'actions."

Le personnel proteste notamment contre la pression et les conditions de travail, conséquences d'un manque d'effectifs. "Nous espérons que les autorités comprennent la gravité de la situation et qu'elles prennent encore les mesures nécessaires qui s'imposent", insiste Geert Cockx, président national du SNPS. Ils entendent ainsi lancer un signal fort aux divers ministres.

Et Gosselies ?

A Gosselies le préavis de grève est maintenu et des actions pourraient débuter dès mercredi comme l'annonce la SNPS dans un communiqué. "En cas d’échec de cette dernière tentative de conciliation, des actions syndicales pourraient prendre cours dès le mercredi 18 juillet et pour une durée s’étalant jusqu’au vendredi 31 aout."

Publicité clickBoxBanner