Belgique

Plus de grandes surfaces ouvertes dans l'après-midi

Plusieurs supermarchés qui n'avaient pas ouvert leurs portes lundi matin en raison de la grève générale de 24 heures qui touche la Belgique, ont fini par accueillir leurs clients dans l'après-midi. La situation restait complexe dans le sud du pays. Tous les supermarchés gérés par Delhaize en Flandre ont finalement ouvert. Très peu de magasins étaient par contre accessibles en Wallonie et à Bruxelles.

Chez Colruyt, la situation tendait à se normaliser dans l'ensemble du pays. Enfin, Carrefour a précisé que deux de ses magasins qui étaient fermés en matinée, ont pu ouvrir dans l'après-midi. Il s'agit des hypermarchés d'Arlon et de Burcht (Anvers).

Près de la moitié du personnel au travail à la Ville de Bruxelles

Près de la moitié des 2.910 membres du personnel étaient actifs lundi matin au sein de l'administration de la Ville de Bruxelles. Tous les services étaient ouverts. "Vers midi, 179 grévistes étaient recensés pour 1.360 membres du personnel présents. Près de mille personnes avaient pris congé en raison de la perturbation des transports publics", a indiqué une porte-parole de l'échevin Philippe Close, en charge du Personnel.

Chez Bruxelles-Propreté, on relevait quelques perturbations. La centrale téléphonique n'était pas accessible et seules quelques collectes de déchets ont été effectuées. Enfin, le port de Bruxelles a précisé que toutes les écluses avaient les effectifs nécessaires.

Mouvement bien suivi dans l'enseignement en Province de Luxembourg

Les syndicats estiment que le mot d'ordre de grève est bien passé en province de Luxembourg. Selon un premier bilan établi par la CSC en cours de journée, la mobilisation a été massive dans le secteur de l'enseignement. Des mouvements avaient été annoncés dans 15 écoles du réseau Libre, 11 de la Communauté française et 20 de l'Enseignement Officiel Subventionné.

"Mais selon nos constatations, une dizaine d'établissements supplémentaires ont aussi décidé de suivre le mouvement lundi", a indiqué Bruno Antoine, secrétaire fédéral CSC Luxembourg. Les autres secteurs sont également touchés. Des grandes entreprises comme L'Oréal (Libramont), Ferrero (Arlon), IKEA (Messancy), Exxon Mobil (Virton) ou Ter Beke (Marche-en-Famenne) ont été touchées par la grève. Dans le secteur de la distribution, le mouvement est aussi bien suivi. Des grandes enseignes sont fermées dans la province.

Dans le secteur public, la CGSP a par exemple comptabilisé 90% de grévistes au siège de Belgacom à Libramont, 50% de grévistes à La Poste ou signale encore un mouvement à la Protection civile de Libramont. Du côté des prisons d'Arlon et de Saint-Hubert, 50% du personnel s'est mis en grève, selon le syndicat chrétien. Des administrations communales sont également en grève, avec notamment un mouvement massif à Arlon ou Virton.

Mouvement bien suivi parmi les employés selon la SETCa

La grève générale décrétée ce lundi par le front commun syndical contre les mesures d'austérité du gouvernement est bien suivie par les employés, a indiqué le SETCa. C'est particulièrement le cas dans le commerce, la logistique et le non-marchand où de nombreuses institutions fonctionnent en horaire de dimanche. Par ailleurs, les employés de l'industrie, des services de gardiennage et du secteur financier participent également en nombre au mouvement.

Nombreuses perturbations dans la région du Centre

Les hôpitaux et maisons de repos sont en service minimum d'urgence. La grève est totale dans l'enseignement libre et le secteur non-marchand. Les centres commerciaux, banques et bureaux de poste sont également à l'arrêt. Toutes les collectes de déchets de la semaine dans la zone Mons-Borinage ont été reportées d'un jour. Aucun ramassage n'aura lieu ce lundi.

Plusieurs magasins fermés, principalement en Wallonie et à Bruxelles

Plusieurs supermarchés étaient fermés lundi en raison de la grève générale qui paralyse le pays pour 24 heures. Les enseignes situées en Flandre ont pu en général accueillir leurs clients alors que la situation était plus difficile en Wallonie et à Bruxelles.

La fédération du commerce, Comeos, estime que cette action va coûter quelque 30 millions d'euros au secteur. Dix pour cent des magasins seraient fermés au nord du pays contre 30% en Wallonie, selon Comeos qui a sondé ses principaux affiliés. D'après l'administrateur délégué de Comeos, Dominique Michel, les actions devant chaque magasin sont menées par trois ou quatre personnes alors que le personnel veut travailler.

Quelques dégâts sont constatés. "Des actes de sabotage sont rapportés, en Wallonie surtout, où des serrures sont bloquées. En d'autres endroits, les travailleurs peuvent entrer et devront donc être payés par la direction mais on refuse ensuite l'accès aux clients. Enfin, des magasins devront jeter les produits frais qu'ils n'auront pas réussi à vendre", explique M. Michel pour justifier son estimation de 30 millions d'euros de dégâts.

Chez Delhaize, sept magasins étaient fermés en Flandre pour une septantaine d'ouvertures. La Wallonie était nettement plus touchée. Seuls les magasins d'Arlon, Mouscron et Recogne avaient ouvert leurs portes comme prévu. Delhaize espère que ses enseignes ouvriront tout de même dans le courant de la journée. Les centrales de distribution de la marque étaient aussi perturbées par la grève, notamment celles de Ninove et Zellik.

Même scénario pour Carrefour dont tous les hypermarchés de Bruxelles et Wallonie étaient frappés par l'action sauf celui de Malmedy. Moins de fermetures en Flandre où tous les supermarchés et magasins franchisés étaient ouverts.

Enfin, quelques magasins Colruyt étaient fermés en Wallonie et à Bruxelles. Le réseau en Flandre ne connaissait que de légères perturbations.

De nombreuses grandes entreprises à l'arrêt en Flandre

De nombreuses grandes entreprises sont l'arrêt au nord du pays à la suite de la grève générale de 24 heures décidée par le front commun syndical, a-t-on appris de sources syndicales. Dans les entreprises de l'agro-alimentaire, la production est à l'arrêt sur le site de Coca-Cola à Wilrijk, tout comme dans les société Inza (lait) à Schoten, CSM (boulangerie-pâtisserie) à Aartselaar et Candico (sucre) à Anvers. D'autres entreprises de plus petite taille du secteur sont également touchées par la grève.

La production est également arrêtée chez Atlas Copco, à Wilrijk, Umicore à Hoboken, Case New Holland (port d'Anvers) ou encore chez Agfa-Gevaert à Mortsel.

La Flandre occidentale n'est pas épargnée, plusieurs grandes entreprises, comme Bombardier à Bruges, étant également en grève.

Action bien suivie dans les écoles, particulièrement en milieu urbain

La grève générale semble bien suivie par les enseignants, particulièrement dans les villes, a indiqué Pascal Chardome (CGSP). "Le mouvement est bien suivi, en particulier dans les villes et dans l'enseignement primaire et secondaire", a-t-il ajouté en pointant par contre un "petit bémol au niveau de l'enseignement supérieur où, parfois, des examens sont encore organisés".

Dans les prisons, la police supplée les grévistes

La grève générale est également bien suivie dans le secteur des prisons, a affirmé Chris Reniers (CGSP). Les gardiens en grève sont remplacés par des policiers.

Le personnel de la prison de Tournai est en grève. Le service minimum est assuré par la police. A Mouscron, Ath et Tournai, des piquets bloquent les zonings commerciaux et industriels.

Depuis dimanche à 22h, la sécurité de la prison de Tournai est assurée par les hommes de la zone de police du Tournaisis. "Pas de visite, pas de préau et aucune activité", explique un policier tournaisien.

La grève générale est bien suivie par les agents pénitentiaires de la prison de Lantin. Une cinquantaine d'agents ont pris leur service ce matin, ce qui représente un quart du personnel, selon une source syndicale. La police et la protection civile de Crisnée suppléent les grévistes depuis dimanche à 22 heures et jusqu'à mardi 6 heures.

24 policiers remplacent les gardiens grévistes de la prison de Saint-Gilles et vingt autres policiers ceux de Forest, à la suite de la grève générale, a indiqué lundi un porte-parole de la zone de police Midi.

En revanche, aucun mouvement de grève n'a été signalé dans la maison d'arrêt pour femmes de Berkendael située à Forest. Par ailleurs, aucun incident lié à la grève n'a été signalé sur la zone de police Midi (Anderlecht, Forest, Saint-Gilles).

84% des tournées postales effectuées

Au sein de bpost, 75% des tournées ont été assurées et 94% des journaux ont été distribués, a indiqué un porte-parole de l'entreprise postale, lundi midi, sur base de chiffres définitifs. On note toutefois des différences régionales.

Dans les provinces de Hainaut et de Namur, 90% des journaux ont été livrés et 57% des tournées ont été effectuées. Dans les provinces de Liège et de Luxembourg, 88% des journaux ont été distribués et 46% des tournées ont été réalisées.

Pratiquement aucun courrier n'a toutefois été distribué dans ces provinces en raison de l'arrêt des deux centres de tri wallons, à Charleroi et Liège, consécutif à la grève générale décrétée par le front commun syndical.

A Bruxelles et dans les Brabants wallon et flamand, 94% des journaux ont été livrés et 81% des tournées postales ont été effectuées. Enfin, dans les autres provinces flamandes, plus de 97% des journaux ont été livrés et plus de 87% des tournées ont été réalisées.

89% des bureaux de poste ont ouvert leurs portes lundi, a fait savoir un porte-parole de bpost. Sur les 700 bureaux de poste du pays, seuls 74 bureaux sont fermés: la plupart dans le sud du pays et à Bruxelles. Dans la capitale, de nombreux bureaux de poste sont fermés.

Travailleurs du port d'Anvers se croisent les bras; port de Gand bloqué

Les travailleurs du port d'Anvers sont en grève, a indiqué lundi matin Marc Loridan de la FGTB. Les grands terminaux du port sont à l'arrêt, selon le responsable syndical, qui s'attend à ce que cette situation perdure toute la journée. "Des piquets ont été symboliquement placés devant certaines entrées, mais nous n'avons encore vu aucun ouvrier au travail", a déclaré Marc Loridan. Selon le Maritieme Dienstverlening en Kust, de nombreux armateurs ont par ailleurs dévié leurs navires vers d'autres ports, en prévision de la grève générale.

A Gand, deux importantes voies d'accès à la zone portuaire ont été bloquées, a-t-on appris de sources syndicale et patronale. Les véhicules sont retenus par des militants syndicaux, mais les personnes à pied peuvent par contre passer. D'importantes perturbations étaient également attendues ce lundi au port de Zeebrugge, en raison de la grève générale de 24 heures décidée par le front commun syndical contre les mesures d'austérité du gouvernement.

Le point sur le trafic routier et les transports en communs

Syndicat: "Une grande facilité à faire fermer les entreprises"

Un rassemblement d'une cinquantaine de personnes réunies en front commun syndical a eu lieu lundi en fin de matinée devant l'usine Kraft Foods au zoning industriel de Rhisnes. L'occasion de faire le point sur la matinée de grève générale dans la région namuroise. Les syndicats se sont rendus dans plusieurs entreprises de la région. "Nous avons eu une grande facilité à faire fermer les entreprises", a commenté Luc Giltay, secrétaire régional adjoint de la FGTB.

"Beaucoup plus d'entreprises que ce que l'on attendait ont été fermées. Il faut dire que les gens étaient bien informés. De plus en plus de personnes se rallient naturellement pour envoyer un message fort au gouvernement", a ajouté Luc Giltay.

Parmi les entreprises qui ont débrayé: tout le secteur du verre et de la construction, les entreprises de travail adapté (ETA), les carrières, les entreprises alimentaires. Les écoles tournent au ralenti, quand elles ne sont pas fermées. Dans les hôpitaux, le service minimum est assuré. Les bus TEC ne circulent quasiment pas. <