Belgique

Après la moitié de l'équipe de nuit, l'équipe du matin de l'atelier SNCB Technics de Forest a débrayé à son tour, peu avant 8h, pour protester contre une charge et des conditions de travail jugées inacceptables, a-t-on appris de source syndicale. L'action n'a entraîné que peu perturbations du trafic international. "L'équipe du matin a débrayé spontanément vers 7h40. Les travailleurs se sont mis sur les voies et ont bloqué pendant quelques minutes le train Thalys reliant Bruxelles à Strasbourg, avec des eurodéputés à bord. Mais nous ne bloquons plus de trains, nous attendons qu'un membre de la direction de B Technics se déplace à l'atelier pour discuter avec les travailleurs", explique Philippe Dubois, secrétaire permanent CGSP Cheminots pour la région de Bruxelles. "Mais si on constate un manque de respect de la direction, il se pourrait que le trafic international soit perturbé", avertit le responsable syndical.

Le personnel de l'atelier SNCB de Forest, responsable de l'entretien des Thalys et des Eurostar, dénonce les conditions et la charge de travail qui leur sont imposées. "Avant, l'entretien des trains se faisait en deux phases, maintenant il n'y en a plus qu'une pour faire des économies", illustre le secrétaire CGSP Cheminots. Et le responsable syndical de dénoncer des conditions de travail dangereuses. "Une firme privée nettoie les trains, qui restent sous tension, à 3.000 volts, pour gagner du temps. Et les rames sont nettoyées avec un produit corrosif qui ne peut être inhalé mais que les agents présents dans l'atelier pendant le nettoyage des trains inhalent. C'est très grave!".

Thalys n'enregistrait aucun train supprimé ni retard lundi matin. L'opérateur ferroviaire ne peut cependant pas encore exclure des perturbations plus tard dans la journée, a-t-il indiqué à l'agence Belga.