Belgique

En attendant les conclusions de l’enquête qui risque de prendre des mois, il apparaît que l’un des deux conducteurs de trains impliqué dans la collision à Hal aurait violé un feu rouge ignorant l’arrêt qu’il aurait dû observer. Selon nos informations, ce genre d’infractions est hausse à la SNCB et l’on a enregistré entre 70 et 80 violations de feux rouges en 2009. Environ 50 % de ces franchissements de feu rouge ne dépassent pas les 50 mètres. Mais, "il faut se rendre à l’évidence que le système de sécurité mis en place aujourd’hui (TBL1 +) n’offre pas de garantie suffisante. Il arrête le train une fois que le conducteur a franchi le feu rouge. Le système ETCS (European train control system) est beaucoup plus performant, l’ordinateur de bord construit une courbe de vitesse maximale autorisée et supervise l’accélération du train par rapport à celle-ci. Il arrive ainsi à calculer qu’en fonction de la vitesse, le conducteur va franchir le feu rouge et arrête donc le train avant", nous a confié un ancien responsable de district de la SNCB aujourd’hui à la retraite.

Un nouveau système plus élaboré, ERTMS (European railway traffic management system), qui combine l’ETCS et un système de mobilophonie propre aux chemins de fer (GSM-R), est d’application sur les lignes à grande vitesse. Ce dernier permet aux postes de signalisation de communiquer tant avec les conducteurs (voix) qu’avec les trains (envoi de données).

Un conducteur qui franchit un feu rouge est de toute façon sérieusement sanctionné. Il écope d’une mise à pied qui est un retrait préventif de son brevet de conducteur de train. Cette mise à pied est d’au moins trois mois et dure jusqu’aux résultats de l’enquête qui doit déterminer les causes de l’infraction. Le conducteur garde néanmoins sa rémunération, mais perd ses diverses primes (week-ends et prestations de nuit). En fonction de la gravité de l’infraction, le conducteur de train doit repasser un test psychologique, une visite médicale et subir un contrôle de ses connaissances. En cas de récidives, il perd définitivement son permis, mais est recasé dans un emploi au sein de la SNCB.