Belgique

Ce dimanche, des centaines de "hooligans" ont semé le trouble autour du mémorial des attentats dans le centre de Bruxelles, à la place de la Bourse. Qui est responsable de ces débordements ? Yvan Mayeur, bourgmestre de Bruxelles ? Jan Jambon, ministre de l'Intérieur ? Hans Bonte, bourgmestre de Vilvorde, d'où sont partis de nombreux fauteurs de troubles ? Ces trois hommes se renvoient la balle depuis dimanche.

Contacté ce lundi par La DH, Yvan Mayeur assure qu'il n'a été averti que "la veille" qu'il y avait "un risque avec ces manifestants". Il ajoute : "Nous ne savions pas spécialement que le groupe allait se diriger vers la Bourse. Selon les informations données par la Sûreté de l’État, leurs intentions étaient plutôt de casser dans les quartiers. Dès l’arrivée des extrémistes à la gare du Nord, ils ont été encadrés par la police. Mais il y avait seulement moyen de les canaliser, pas de les arrêter car ils étaient extrêmement nombreux. Le gros des forces se trouvait aux alentours de la Bourse car, comme je l’ai déjà évoqué, il y avait une menace sur la Bourse qui était tout autre que ces manifestants. Il fallait surtout agir en amont et ne pas laisser ces fauteurs de troubles venir à Bruxelles. Mais le bourgmestre de Vilvorde, Hans Bonte, n’a rien fait, tout comme le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon, qui pouvait agir via la police des chemins de fer dans le train."

La DH publie pourtant un document diffusé par mail le vendredi 25 à 11h15, à quasi toutes les zones de police de la Région bruxelloise, dont celle dirigée par Yvan Mayeur. Ce mail annonce le rassemblement d’un groupe de supporters à risque, le dimanche 27 mars au mémorial de la Bourse. Il précise encore que, d’après divers réseaux sociaux, ces hooligans viennent des clubs, entre autres, du RSCA, de Bruges, du RWDM, de l’Antwerp, etc. et qu’ils partiront de la gare de Vilvorde.

© DR

Pour le président du Syndicat de police SLFP Vincent Gilles, il n’est pas possible qu’Yvan Mayeur n’ait appris que la veille de la venue des hooligans à la Bourse. "Il apparaît clairement qu’Yvan Mayeur a été informé bien avant, à l’instar de tous ses collègues bourgmestres qui sont les seuls compétents dans ce genre de situation. C’est à lui de réagir. Lui et lui seul aurait dû donner l’ordre d’interdire à ces personnes de sortir du train !"

Contacté par Le Soir, Yvan Mayeur se justifie et affirme qu'il n'a "jamais reçu ce mail et je ne sais pas si la police de Bruxelles en a bénéficié ou même si elle a participé à une réunion dès vendredi". "En fait, cela n’a aucune importance puisque samedi, lors de la réunion de la cellule de crise, ces informations étaient devenues obsolètes : le grand rassemblement de Bruxelles était reporté et on ne parlait plus alors que d’une vingtaine d’excités qui ne tiendraient peut-être pas compte de l’annulation et se déplaceraient malgré tout. Vingt personnes, désolé, ce n’était plus mon problème. J’avais d’abord à gérer la menace d’un attentat terroriste autour de la Bourse pour le dimanche. C’est uniquement pour faire face à cette menace qu’on nous a accordé des renforts, absolument pas pour contrer des hooligans."