Belgique

"Il est totalement prématuré de parler d'un risque de pénurie de carburant en Belgique", affirme dimanche Olivier Neirynck, directeur technique de Brafco, la Fédération belge des négociants en combustibles et carburants.

Même si des dépôts sont bloqués par les "gilets jaunes" en Wallonie, "nous avons d'autres alternatives qui nous permettraient de remédier à des stocks bas dans certaines stations en temps et en heure". De plus, "le mouvement n'est pas du tout suivi en Flandre et à Bruxelles". "Si une station se retrouvait dans les heures qui suivent en défaut de produit, elle sera réapprovisionnée en temps et en heure", assure Olivier Neirynck.

Si des stations-service sont fermées dimanche, c'est parce que quelques pompistes se sont associés au mouvement par solidarité, ajoute Brafco.

L'action des gilets jaunes s'est poursuivie dimanche à Feluy, tout comme à Wandre.

Total Belgique estime de son côté que "la situation n'est pas alarmante à cette heure-ci mais pourrait le devenir", a déclaré à Belga dimanche soir son porte-parole, Pascal de Crem. Trois dépôts Total sont en effet toujours bloqués, à Feluy, Wandre et Wierde par les "gilets jaunes". "Nous suivons la situation heure par heure pour déterminer quelle sera la suite et les conséquences de ce blocage", ajoute M. de Crem. "Nous restons vigilants."

"La situation n'est pas alarmante (...) mais elle peut évoluer en fonction de ce que découvriront les consommateurs demain matin", ceux-ci n'ayant pas nécessairement été faire le plein durant le week-end.

"Notre objectif reste d'assurer nos livraisons à nos clients et aux citoyens", conclut-il.