Jacques Donnez réhabilite son premier bébé Y au monde

Belga Publié le - Mis à jour le

Belgique Le chef du service de gynécologie et andrologie des Cliniques universitaires Saint-Luc, Jacques Donnez, a tenu lundi une conférence de presse, en présence du recteur de l'UCL Bruno Delvaux et du vice-recteur du Secteur des sciences de la santé Jacques Melin, pour répondre de la médiatisation des fautes graves qui lui ont été reprochées. La naissance après la greffe de tissu ovarien entre soeurs non jumelles réalisée par Jacques Donnez a été présentée comme une première mondiale en janvier 2011.

Pour guérir son anémie, la patiente avait reçu une greffe de moelle environ 20 ans plus tôt de sa soeur. Pour éviter le rejet, elle avait subi une chimio-radiothérapie qui avait provoqué chez elle une ménopause prématurée. La greffe de tissu ovarien a réussi car la greffe précédente avait créé un chimérisme qui a fait que le corps de la receveuse a reconnu génétiquement le tissu de la donneuse.

Le Prof. Donnez avait préalablement réussi deux greffes similaires entre soeurs jumelles.

Le journal Le Soir a rapporté lundi la présence de follicules lors d'une biopsie, mettant le doute sur la vivacité de l'ovaire. Il a été reproché au professeur de ne pas avoir mentionné leur présence. Accusé de faute grave, le vice-recteur à la politique du personnel Jacques Grégoire avait recommandé son licenciement.

Enthousiaste de la découverte, Jacques Donnez confesse avoir omis des vérifications faites ensuite: "Les analyses ont confirmé que les follicules étaient morts, ce qui est courant chez les femmes ménopausées, et que le bébé venait bien du greffon."

Publicité clickBoxBanner