"Je ne veux plus de ploucs à Blankenberge"

BELGA Publié le - Mis à jour le

Vidéo
Belgique

Blankenberge en a assez: la station balnéaire a mis sur pied un plan marketing dont l'objectif est de se défaire pour de bon de son image de station "populaire", où les rues sont bondées de "Ronny" affublés de tatouages et de survêtements, rapportent jeudi De Standaard et Het Nieuwsblad. "La perception à l'égard de Blankenberge est erronée. Il existe une différence immense entre la façon dont les gens qui ne sont pas de notre ville perçoivent Blankenberge et la réalité", déclare le bourgmestre de la commune, Patrick De Klerck. "Ce n'était pas génial ici auparavant, je le concède. Mais les choses ont changé depuis longtemps".

La ville a donc décidé de faire appel au Flanders District of Creativity, un think-tank des autorités flamands, afin de corriger son image. Un plan marketing va être mis au point, pour mettre en exergue les atouts de Blankenberge. "Car nous en avons profondément assez de ces clichés, comme par exemple celui selon lequel nous serions une ville appauvrie, où seuls les touristes de classe sociale moins favorisée se rendent. Qu'il n'y a ici que des Anversois. Qu'il n'y a ici que 'Tien om te Zien' (une émission musicale, ndlr) ou de bêtes distractions. Celui qui pense encore ça ne connaît pas notre ville", s'insurge le bourgmestre.

Publicité clickBoxBanner