Belgique

"Pour être un bon conciliateur social, il faut maîtriser les techniques de communication comme l’écoute active, l’argumentation, la reformulation dans des termes acceptables par toutes les parties. Il faut aussi une capacité d’analyse stratégique, du sang-froid et des dons d’acteur", précise Jean-Marie Fafchamps.

Ces qualités, le conciliateur en a usé à plusieurs occasions. Comme en 2002, lorsque la FGTB réclame une augmentation de 15 % du budget des Tec, alors que seuls 6 % sont prévus. "La négociation débute à Namur et je vois que le syndicat a déjà rédigé un préavis de grève. J’annonce que je veux éviter un arrêt de travail et que la négociation ne portera que sur la répartition des 6 %", se souvient Jean-Marie Fafchamps. "La FGTB est d’accord mais demande beaucoup de choses en plus. Devant mon refus, ses représentants explosent : ‘Si c’est comme ça, nous déposons le préavis !’"