Belgique

La procureure Chloé Callicis a requis, vendredi matin, devant le tribunal correctionnel de Bruxelles, des peines de huit ans de prison à l'encontre des principaux prévenus dans l'affaire du vol de diamants à l'aéroport de Bruxelles-National à Zaventem, commis le 18 février 2013. Plusieurs individus masqués et armés avaient fait irruption sur le tarmac et volé des colis de diamants pour un montant de plus de 37 millions d'euros. La procureure a requis des peines de huit ans de prison à l'encontre de ceux qu'elle considère comme les auteurs du braquage.

Elle a ensuite requis des peines de un à cinq ans de prison à l'encontre d'autres prévenus, avec sursis éventuel pour certains, dont elle estime qu'ils ont soit apporté une aide essentielle aux braqueurs soit recelé les diamants volés.

La procureure a également requis la suspension du prononcé de la condamnation à l'égard d'une prévenue qui a, selon elle, joué un rôle minime et qui n'a aucun antécédent judiciaire.

Ainsi, la procureure a requis huit ans d'emprisonnement notamment à l'encontre de Nordine A. Elle a exposé que cet homme, qui avait travaillé à l'aéroport de Zaventem, avait très certainement mis ses connaissances du tarmac de l'aéroport au service de l'organisation criminelle. C'est grâce à lui que les auteurs ont su comment ouvrir la soute de l'avion, a-t-elle avancé.

Elle a également considéré que la maison de cet homme, à Machelen, avait servi de lieu de repli aux auteurs après les faits et que c'est là aussi que les véhicules volés avaient été cachés, avant les faits au cours desquels ils ont été utilisés par les braqueurs.

La procureure a également requis une peine de cinq ans de prison avec sursis à l'encontre d'Abdelah F., chez qui la police avait trouvé des cagoules et des gilets pare-balles, sans pour autant pouvoir affirmer que ces objets avaient été utilisés lors du braquage à Brussels Airport.

Elle a aussi requis une peine de 30 mois de prison ferme à l'encontre de Younes G. pour recel de diamants volés. Une conversation téléphonique en avril 2013 montrait qu'il avait tenté de négocier la vente de diamants auprès d'un autre prévenu, Miroslav R., avec lequel il avait été mis en contact via le prévenu Ali E.H., et en présence également du prévenu Aissa E.H.

A l'encontre de ces trois derniers, la procureure a requis des peines respectivement de 30 mois de prison ferme, de 18 mois de prison ferme et d'un an de prison avec sursis éventuel.

La magistrate a encore requis une peine de deux ans de prison avec sursis à l'encontre de Christel C., une ancienne policière et compagne du prévenu Tarik B. L'enquête montre que Marc Bertoldi avait activé une borne GSM proche de son domicile le 8 février 2013, dix jours avant les faits, et qu'elle se trouvait avec Tarik B. et El Houssïen B. à bord d'un véhicule se rendant au Maroc, en mars 2013. La police soupçonne qu'une partie du butin avait été acheminée lors de ce trajet en voiture chez Marc Bertoldi à Casablanca.

Le 18 février 2013, un impressionnant braquage avait été commis à l'aéroport de Bruxelles-National à Zaventem par huit individus armés et masqués. Ils avaient pénétré sur le tarmac et s'étaient approchés d'un avion de la compagnie aérienne Swiss qui transportait un chargement de diamants, convoyé par la société Brink's.

Les braqueurs s'étaient emparés de 121 colis contenant diamants, lingots d'or et pierres précieuses d'une valeur de 37,9 millions d'euros.

Seule une partie du butin avait été retrouvée. Des diamants pour un montant d'environ 5 millions d'euros avaient été découverts dans la cave de la villa du dénommé Pascal Pont, à Champel, en Suisse. L'un de ses proches amis, le prévenu Marc Bertoldi, avait avoué qu'il avait reçu ces diamants par un contact mais avait contesté être l'un des auteurs du spectaculaire braquage de Brussels Airport.

Seize hommes et trois femmes sont prévenus devant le tribunal pour avoir joué un ou plusieurs rôles dans le vol des diamants, l'incendie des véhicules ou encore le recel des diamants.

Le procès reprendra mercredi avec les plaidoiries de la défense.