Belgique

Ibrahim El Bakraoui, identifié comme un des deux terroristes kamikazes de l'aéroport de Bruxelles-National, n'avait pas été renvoyé en juin dernier de Turquie vers la Belgique mais vers les Pays-Bas, a affirmé mercredi le ministre belge de la Justice Koen Geens, revenant sur des propos du président turc Erdogan. Ibrahim El Bakraoui avait été arrêté l'an dernier en Turquie, expulsé vers la Belgique puis remis en liberté, a affirmé mercredi le président turc Recep Tayyip Erdogan.


Mais "il n'y a certainement pas eu d'extradition" vers la Belgique, a répondu M. Geens sur la VRT. "Il s'agit plus que probablement d'un renvoi opéré à la frontière syrienne par la Turquie".

A ce moment, selon M. Geens, Ibrahim El Bakraoui n'était pas connu en Belgique pour terrorisme, "c'était un criminel de droit commun en liberté conditionnelle".

M. Erdogan avait soutenu que les autorités belges, bien qu'informées par la Turquie que cet individu était un combattant terroriste étranger, n'avaient pas été en mesure d'identifier ses liens avec le terrorisme.

"Lorsqu'il a été renvoyé, a poursuivi M. Geens, ça aurait été, selon l'information que le parquet fédéral m'a communiquée, vers les Pays-Bas et non vers la Belgique."

Koen Geens dit ne pas savoir avec certitude si la Belgique était au courant. "Je sais en revanche qu'il a été renvoyé aux Pays-Bas par la Turquie." Interrogé, le cabinet Geens a dit ignorer pourquoi le renvoi a été opéré vers les Pays-Bas.

Ibrahim El Bakraoui avait été remis en 2014 en liberté conditionnelle en Belgique mais était à nouveau recherché parce qu'il n'avait pas respecté les conditions de sa libération.