Belgique

En plein débat sur la pénibilité du métier d'enseignant, la ministre de l'Education Marie-Martine Schyns (cdH) a fait état mardi d'une augmentation de l'absentéisme auprès des enseignants de plus de 50 ans. Selon les dernières données disponibles en date, les profs entre 50 et 65 ans comptent ainsi pour 44% des absences du corps professoral en Fédération Wallonie-Bruxelles, alors que ce groupe ne représente que 31% de la population enseignante, a indiqué Mme Schyns en commission du Parlement où elle était interrogée par la députée Eliane Tilleux (PS).

Selon les chiffres de la ministre, l'absentéisme des professeurs de plus de 50 ans augmente, alors que celui des enseignants de moins de 39 ans diminue. Celui des enseignants entre 40 et 49 ans connaît, lui, une évolution stable. Ces derniers comptent pour 28% des absences. Ils représentent 29% des effectifs.

Ce sont les problèmes de dos, ainsi que les syndromes mentaux (burn out, dépression, ...) qui sont les premières causes d'absentéisme auprès des enseignants quinqua- et sexagénaires. Mme Schyns a aussi pointé les effets démobilisateur de la réforme (fédérale) des pensions des enseignants qui les contraindra à travailler plus longtemps.

Devant les députés, Mme Schyns a rappelé que le Pacte d'excellence avait, entre autres choses, aussi pour ambition de stimuler l'attractivité du métier d'enseignant, en permettant notamment une meilleure évolution de carrière, une plus grande mobilité, ainsi qu'une plus grande stabilité en début de carrière pour les jeunes profs.