Belgique

Cela ne fait pas encore deux ans que la Belgique procède avec l'Allemagne à un échange automatique des profils ADN des suspects et condamnés mais cela a déjà conduit à de possibles avancées dans 934 affaires pénales, selon des chiffres du ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) relayés mardi par De Tijd. Depuis avril 2016, la Belgique échange avec l'Allemagne des dizaines de milliers de profils ADN de suspects et autres condamnés, ce qui a donné lieu à 4.870 concordances. Nonante-neuf pour cent de ces correspondances ont déjà été transmises aux magistrats compétents.

Grâce à ces résultats, 934 affaires pénales ont pu être relancées ou clôturées avec succès, a indiqué le ministre de la Justice en réponse à un question parlementaire de Gautier Calomne (MR).

De leur côté, les Allemands ont déjà pris contact à 251 reprises avec notre pays à la suite de profils ADN ayant donné lieu à une correspondance.