L'affaire Audenaert éclabousse des magistrats bruxellois

BELGA Publié le - Mis à jour le

Belgique

La justice de Termonde est amenée, dans le cadre du dossier contre le directeur -suspendu- de la police judiciaire de Bruxelles Glenn Audenaert, à se pencher sur le monde de la magistrature bruxelloise. Le juge d'instruction a interdit au policier d'entrer en contact avec Bruno Bulthé, procureur du Roi de Bruxelles, ou avec Jean-Claude Leys, le juge d'instruction du dossier de fraude à la KB Lux, écrit De Tijd mardi.

La justice de Termonde s'interroge, selon le quotidien, sur des conversations téléphoniques que le directeur suspendu de la PJ a eues avec Bruno Bulthé et Jean-Claude Leys. Les enquêteurs ont en effet pu mener des écoutes téléphoniques pendant des semaines.

Ils vérifient si Glenn Audenaert et Bruno Bulthé ont outrepassé leurs compétences quand ils échangeaient des informations sur certains dossiers judiciaires à Bruxelles. Avec Jean-Claude Leys, le patron de la PJ aurait parlé d'une entreprise qu'il voulait fonder pour protéger les navires commerciaux contre les pirates.

Tant Glenn Audenaert que Bruno Bulthé n'ont pas souhaité faire de commentaires. "J'ai en tout et pour tout parlé quatre fois à Glenn Audenaert dans ma vie", a pour sa part réagi Jean-Claude Leys. "Deux fois parce qu'il voulait entrer à la Loge du Grand Orient, ce qui ne s'est pas produit. Et deux fois parce qu'il cherchait des investisseurs pour son projet antipiraterie "Odysseus". Cela m'a semblé parfaitement légal et je l'ai donc mis en contact avec certaines personnes, comme Pierre Chevalier, du groupe de George Forrest."

Publicité clickBoxBanner