Belgique

La révélation par la presse d'un procès verbal d'une réunion au cours de laquelle il aurait été décidé d'organiser la livraison de Bahar Kimyongur aux Pays-Bas en vue de son extradition vers la Turquie (voir LLB du 19/9) a suscité des réactions dans les rangs parlementaires. Ainsi, Ecolo a annoncé qu'il souhaitait qu'une commission justice conjointe Chambre/Sénat se réunisse pour faire la clarté sur le dossier Bahar Kimyongur. Un courrier dans ce sens a été envoyé mardi aux présidents de la Chambre et du Sénat ainsi qu'à l'ensemble des formations démocratiques du parlement, précise Ecolo. «Le procès-verbal dont dispose le sénateur Josy Dubié met au jour les mensonges dont s'est publiquement rendue coupable la ministre de la Justice de même qu'il dévoile dans le chef de cette dernière une tentative réussie de coalition de fonctionnaires en vue de contourner la loi», dit Ecolo.

Nébuleux

Du côté du CDH, on dit vouloir également des explications. Kimyongur a-t-il été «livré», «donné» ou «autre chose» s'interrogent les centristes. «Le Gouvernement a l'obligation de dire la vérité dans cette affaire touchant le terrorisme international.» Vu la nébulosité de la situation, Melchior Wathelet, chef de groupe CDH à la Chambre, interpellera ce mercredi en Commission de la Justice Laurette Onkelinx sur au moins trois points: quelles sont les différences entre le procès-verbal officiel et le procès-verbal dont des extraits ont été diffusés dans la presse; quelles étaient exactement les missions de la Sûreté vis-à-vis de M. Bahar Kimyongur et, par ailleurs, à la lecture des derniers événements, le mandat international turc ne pouvait-il pas, comme le CDH le demandait déjà en Commission de la Chambre le 9 mai dernier, justifier en Belgique l'arrestation de MmeErdal sur le territoire belge? Melchior Wathelet (CDH) relève que deux versions de procès verbal circulent et se demande si Laurette Onkelinx a donné les bonnes informations au bon moment. «Après les affaires Erdal, prison de Termonde ou Hoxha, on passe de l'émoi à la confusion, au gouvernement. Cela donne le sentiment que les dossiers ne sont pas bien traités.»

Au MR, la chef de groupe au Sénat Christine Defraigne a déclaré souhaiter pouvoir voir le procès verbal de la réunion et qu'à tout le moins son contenu soit expliqué. «Ce serait utile aussi que les participants à la réunion viennent s'expliquer et que le comité de suivi fasse toute la lumière.» Le vice-Premier ministre et président des libéraux Didier Reynders a, par ailleurs, également estimé opportun que le Parlement fasse la lumière sur ce «pv» tout en déclarant sur les antennes de la RTBF qu'il avait confiance dans sa collègue Laurette Onkelinx. Le Premier ministre, Guy Verhofstadt (VLD) a quant à lui estimé «qu'il ne voyait aucun problème dans cette affaire» et qu'il était tout à fait normal de fournir des informations sur Bahar Kimyongur aux autorités néerlandaises.

La défense de Fehriye Erdal et des membres du mouvement d'extrême gauche turc DHKP-C a, pour sa part, répliqué mardi devant la cour d'appel de Gand à la requête du ministère public. «Le scénario qui a été arrangé au cabinet de la ministre de la Justice, dans lequel mon client aurait dû être extradé vers la Turquie après une arrestation aux Pays-Bas, témoigne de peu de respect envers le pouvoir judiciaire», a déclaré l'avocat de Kimyongur, Carl Alexander.

© La Libre Belgique 2006