Belgique

Ce mardi soir, les Diables rouges affrontent les Bleus en demi-finale de la Coupe du monde. Une occasion pour soulever le débat sur la rivalité, avérée ou présumée, entre les Français et les Belges. Mais qu'en pense Mme Claude-France Arnould, ambassadeur de France en Belgique ? LaLibre.be l'a interrogée.

Considérez-vous qu'il existe un sentiment anti-Français en Belgique ?

Non, je ne crois pas. En Belgique on se sent bien accueilli et on ne ressent aucune rivalité. Parfois, les Belges perçoivent les Français de la même manière que les Français considèrent les Parisiens, comme s'ils étaient arrogants, mais ce sont des stéréotypes. En général, les Français ici vivent bien. Ceux qui déménagent en Belgique décident souvent de rester. Après, ce soir il y a un match, et il est normal d'avoir envie de gagner.

Vous ne pensez pas que le match pourrait accroître cette rivalité ?

Si, justement, mais c'est normal. Une rencontre sportive est faite pour stimuler ce sentiment de manière positive. On peut parler d'"émulation". Il est important d'avoir de l’adrénaline, et maintenant on commence à la sentir. Je trouve, par contre, que les Belges devraient regarder plus les commentaires français : certains dessins de presse reprennent Tintin et des clichés belges, mais ce sont des clichés positifs. En France on a du respect et de la sympathie pour les Diables, même si on supporte notre équipe nationale et si on espère qu'elle l'emporte.

De l'autre côté de la frontière les sentiments envers les Belges sont positifs ?

Oui, tout à fait. Je crois qu'en France les Belges sont bien accueillis et respectés. De nombreux Belges choisissent la France pour les vacances, mais d'autres s'installent dans l'Hexagone. Il y a beaucoup de Français d'origine belge. Quand je rentre en France, on me dit que j'ai de la chance de vivre ici, parce qu'on sait qu'on y vit bien. Avant d'arriver en Belgique, je n'avais jamais entendu l'expression "petit Belges" en France. On dit souvent que les Français et les Belges sont cousins, mais il n'y a pas de hiérarchie entre des "grands" et des "petits" cousins. Qui plus est, les Français connaissent de plus en plus la Belgique, et pas uniquement Bruxelles. De Mons à Anvers, il suffit de se promener dans les rues pour comprendre qu'ils sont très présents en Belgique.