Belgique

L'ancienne ministre Annemie Turtelboom (Open Vld) peut se préparer à un mandat à la Cour des Comptes européenne. La commission du contrôle budgétaire du Parlement européen a donné mardi son feu vert à sa nomination.

Vingt députés de la commission ont voté en faveur de Mme Turtelboom, tandis que deux se sont exprimés contre. Avant le scrutin, la libérale flamande avait été auditionnée par les parlementaires.

Agée de 50 ans et députée fédérale, Annemie Turtelboom a exercé par le passé plusieurs mandats ministériels. En 2016, elle avait démissionné de son poste de vice-première et ministre du Budget au sein de l'exécutif flamand, après avoir essuyé de nombreuses critiques pour une taxe énergétique controversée - baptisée par certains "Turteltaks" - qu'elle avait fait adopter.

Un vote définitif en séance plénière

Un vote définitif sur sa nomination à la Cour des comptes de l'UE devra encore avoir lieu en plénière du Parlement européen. L'hémicycle dispose d'un pouvoir consultatif en la matière, mais le dernier mot revient toujours aux Etats membres.

A la Cour des comptes, l'Anversoise prendra la succession de l'ancien ministre Karel Pinxten, en poste depuis 2006, mais dont la reconduction pour un troisième mandat avait été rejetée par les eurodéputés en novembre.

Certains parlementaires avaient exprimé leur opposition à un renouvellement de sa charge, arguant que le nombre de mandat devrait être limité à deux. D'autres s'étaient inquiétés d'une enquête actuellement menée par l'Office européen de lutte antifraude (OLAF) à son encontre.

Après ce refus, le gouvernement belge avait avancé la candidature de Mme Turtelboom.

La Cour des comptes européenne, basée à Luxembourg, est composée de 28 personnes, une pour chaque Etat membre. Elle veille à la perception et à l'utilisation correctes des fonds de l'UE et contribue à améliorer sa gestion financière.