Belgique

L'Arabie saoudite ne finance ni ne soutient aucune institution radicale en Belgique ou dans tout autre pays, a assuré dimanche la mission saoudienne auprès de l'Union européenne, en dénonçant des "préjugés qui ne reflètent pas la réalité" du royaume wahhabite.

L'Arabie saoudite "condamne sous toutes ses formes le terrorisme, ses partisans et ceux qui le justifient", alors que le pays "combat depuis des années la radicalisation, l'extrémisme et le terrorisme", a affirmé la représentation de Ryad auprès de l'UE dans un communiqué diffusé à la veille d'une audition de représentants de la grande mosquée de Bruxelles par la commission d'enquête de la Chambre sur les attentats du 22 mars 2016.

"L'Arabie saoudite continuera de travailler en étroite collaboration avec ses partenaires internationaux pour éradiquer l'extrémisme", ajoute le texte.

"Les faits démontrent qu'en aucun cas le Royaume ne finance ni ne soutient aucune institution radicale en Belgique ou dans tout autre pays", souligne la mission saoudienne.

Selon elle, "malgré les rumeurs et les récupérations politiques, et à l'issue d'une enquête menée l'année dernière, le gouvernement belge a constaté qu'aucun propos extrémiste n'était tenu à la Grande Mosquée de Bruxelles".

"Cette constatation a été confirmée par les ministres belges de l'Intérieur et de la Justice, MM. Jan Jambon et Koen Geens, ainsi que par les services de sécurité belges, qui ont également noté que la mosquée et son financement étaient régulièrement contrôlés et vérifiés sans qu'aucune anomalie n'ait été détectée", poursuit la mission saoudienne auprès de l'UE.

Sur la scène internationale, l'Arabie saoudite assure travailler avec ses partenaires, y compris avec les autorités belges et européennes, pour lutter contre le terrorisme, son financement et les idéologies extrémistes à sa source. "Avec l'Autriche et l'Espagne, l'Arabie saoudite est un membre fondateur du Centre Kaiciid, une organisation intergouvernementale qui promeut activement le dialogue entre les peuples de différentes religions et cultures pour lutter contre les peurs et encourager le respect mutuel. Le Centre a joué un rôle central dans la création du Centre des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme (UNCCT), pour lequel il a contribué à hauteur de 110 millions de dollars", indique encore le communiqué.

La commission d'enquête sur les attentats du 22 mars entendra lundi les représentants de la grande mosquée, située au Cinquantenaire à Bruxelles. L'objectif sera de clarifier les propos de l'administrateur général de la Sûreté de l'Etat, Jaak Raes, qui avait affirmé que le Centre islamique et culturel de Belgique - financé en grande partie par l'Arabie saoudite, via la Ligue islamique mondiale - investissait massivement dans la propagation du salafisme en Belgique.

Le royaume wahhabite saoudien est régulièrement accusé en Occident d'alimenter l'islamisme radical.