Belgique

Créée en janvier 2014 pour mettre en œuvre le décret Paysage du ministre Marcourt, l’Ares (Académie de recherche d’enseignement supérieur) est une superstructure qui regroupe des représentants de l’enseignement supérieur en Belgique francophone. L’Ares est composée d’un bureau exécutif, d’un conseil d’administration, de quatorze commissions et de trois chambres thématiques (universités, hautes écoles/promotion sociale et écoles d’art). Elle compte pas moins de 300 membres. Ces recteurs, syndicalistes, représentants des organisations estudiantines, directeurs-présidents de Hautes Ecoles, d’établissements de promotion sociale ou d’écoles supérieures des Arts doivent rendre des avis au gouvernement sur tout ce qui concerne l’enseignement supérieur.

C’est la première fois que tous ces acteurs sont réunis dans une même organisation et, de l’avis général de ses membres, l’idée est excellente. Mais la vie n’est pas un long fleuve tranquille à l’Ares. En interne, les critiques pleuvent. Des administrateurs (dont certains veulent garder l’anonymat) tirent à vue sur le fonctionnement de cette coupole.

La suite à découvrir dans la Sélection LaLibre.be (seulement 4.83€ par mois)