Belgique livraison Reportage à Marignane

Il est pile 11 heures du mat’, en ce vendredi 21 décembre 2012, et non, le ciel ne tombe pas sur Marignane, mais il s’y passe un événement historique tout de même : la Défense belge, par l’entremise de son ministre, Pieter De Crem, a réceptionné son premier hélicoptère multirôle NH90. Historique car ce n’est pas tous les jours qu’un petit pays comme le nôtre peut se permettre d’acquérir des aéronefs neufs. A 37 millions d’euros pièce Les achats précédents remontent à l’hélicoptère Agusta A109, au milieu des années 90, et aux quatre Embraer Regional Jet destinés au transport de personnel, en 2001. Les prochains seront les Airbus A400M de transport tactique, mais quand ?

Il règne donc une certaine allégresse dans le hangar des livraisons d’Eurocopter, en bord de piste de l’aéroport de Marseille-Marignane. Le lieu rappelle à Pieter De Crem un épisode de son enfance - il y a 40 ans - où il est venu voir les Canadair de la sécurité civile. En jaune et rouge, arrimés juste à côté, ces hydravions sont toujours en activité dans la lutte contre les feux de forêt.

Le voilà donc enfin, ce NH90, appareil présenté comme révolutionnaire, tout en matériaux composites et commandes électriques. Il est construit par le consortium européen NH International, qui regroupe Eurocopter (filiale, comme Airbus, d’Eads), Agusta et Stork Fokker. Sa commande par l’armée belge date de mai 2007, lorsque le gouvernement Verhofstadt II décida l’acquisition de huit NH90, quatre en version terrestre (TTH) et quatre en version maritime (NFH), assortis de deux TTH en option.

Les premières livraisons auraient dû avoir lieu l’année dernière, mais le programme européen, qui totalise 529 commandes et 133 livraisons - le nôtre compris - à ce jour, a pris du retard. Comme tous les grands projets aéronautiques actuels, qu’ils soient civils ou militaires. Qui plus est, dans l’ordre des nécessités, le premier livré eût dû être un naval. En effet, le NH90 NFH doit remplacer le bon vieux Westland "Sea King", version britannique de l’américain Sikorsky S-61, dont tout le monde qui est passé par la Côte reconnaît le nez rouge.

Spécialisé dans les missions de sauvetage, le Sea King est en fin de potentiel de vol, après 35 ans de bons et loyaux services. Ç’en est au point que, pour maintenir ses quatre exemplaires en état de vol - dont au moins un en alerte permanente, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 - la 40e Escadrille de Coxyde doit cannibaliser celui qui est exposé au musée de l’Air, au Cinquantenaire à Bruxelles, depuis le 17 décembre 2008 ! Immatriculé RS-01, l’appareil est montré sans ses pales principales, sans rotor de queue et sans une cinquantaine d’autres pièces. On est en Afrique ? Non, en Belgique...

La version maritime du NH90 est donc attendue avec une impatience certaine à Coxyde, ainsi qu’à la Force navale, pour embarquer sur les frégates "Léopold I" et "Louise-Marie". Dans son allocution, le ministre De Crem a d’ailleurs lourdement insisté auprès des autorités d’Eurocopter pour réceptionner au moins trois NH90 l’année prochaine, un naval en mars-avril, un autre naval et un terrestre en juillet-août. Comme les cadences de production doivent augmenter, de 30/40 unités par an à 50/60, il y a de l’espoir.

En attendant, on fait avec ce que l’on a, le NH90 TTH, codé RN05, doit favoriser l’aéromobilité de la Force terrestre. Il est prévu pour emporter une dizaine de fantassins équipés, soit une section. Il faudra donc trois hélicoptères de ce type pour transporter un peloton sur le théâtre des opérations. A partir du 17 janvier, RN05 va servir à l’instruction, des mécaniciens d’abord, des pilotes ensuite, sur un cycle de sept mois à Marignane. On devrait donc le voir en Belgique à l’été. Pour le 21 juillet peut-être ?