Belgique

Ce samedi 11 juillet se déroulait la traditionnelle cérémonie au Cénotaphe dans le quartier de Whitehall à Londres en hommage aux victimes belges tombées pendant les deux guerres mondiales.

Entourant des responsables de la Défense et le Secrétaire d’Etat Bart Tommelein (Open VLD) qui représentait le gouvernement belge, des détachements de l’Ecole royale militaire (ERM), de l’Ecole royale des sous-officiers (ERSO), des Centres de formation de base et d’écolage (CIBE/CBOS) et de la Composante marine ont défilé dans la capitale anglaise aux côtés d’un dernier carré de glorieux anciens combattants belges de la Seconde Guerre, principalement de la Brigade Piron, mais aussi de Vétérans belges actifs depuis la guerre de Corée sur divers théâtres d’intervention. Les Cadets de la Marine et ceux de l’Air belges et britanniques étaient également de la partie à ce défile unique.


Pouvoir défiler avec les armes sur le territoire britannique est de fait un privilège unique octroyé depuis 1934 par le roi Georges V à la Belgique après la mort du roi Albert Ier dont il entendait souligner le rôle joué dans la Grande Guerre. Depuis lors, l’hommage au Cénotaphe s’est étendu aux victimes des deux guerres mondiales.


Sauvée par un ami de notre pays

Ce qu’on sait moins en Belgique, c’est qu’elle a failli passer à la trappe après la suppression voici dix ans du poste d’attaché militaire belge sur place pour des raisons d’économie…

Par bonheur, un habitué de la manifestation lié à notre pays accepta de prendre en mains son organisation, le temps que la Défense belge s’en charge. Il a nom Peter Trustram Eve… Agé aujourd’hui de 85 ans, il reste très attaché à la mémoire britannico-belge car avant d’être à Londres parmi nos représentants, il était jeudi soir au 30 000e Last Post à Ypres…


"J’ai moi-même été attaché militaire à Bruxelles de 1980 à 1983, précise dans un français impeccable Peter Trustram Eve. J’ai aussi été le vice-président du club anglo-belge à Londres et membre d’autres honorables so ciétés de ce type. Puis, mon épouse et moi venons encore souvent en Belgique… Il était dès lors normal que je m’investisse dans la cérémonie au Cénotaphe où je prononce une exhortation solennelle qui m’émeut toujours très fort."