Belgique

Le week-end de la Toussaint jettera sans doute du monde sur les routes. Que les usagers méditent ces chiffres : entre 2009 et 2013, 521 accidents mortels (ayant fait 582 tués) se sont produits sur les autoroutes belges. Plus d’un tiers (36 %) des kilomètres parcourus en Belgique le sont sur autoroute. Le risque d’accidents corporels y est plus faible (leur part n’est que de 7 %) que sur le reste du réseau mais ces accidents sont responsables de 16 % des décès.

Ces constats ont poussé l’Institut belge pour la sécurité routière (IBSR) et la police fédérale de la route à analyser les causes des accidents. Conclusions : le principal danger pour les usagers perdant le contrôle de leur véhicule est de percuter un obstacle. Dans 10,1 % des accidents mortels, la berme centrale n’est pas équipée de rail de sécurité. Dans 39,1 % des cas, il n’y a pas de rail du côté droit de l’autoroute.

Pas de ceinture

Par ailleurs, près d’un conducteur sur deux (45,9 %) et plus de 7 passagers arrière sur 10 (71,7 %) ne portaient pas leur ceinture de sécurité au moment de l’accident. L’alcool (qu’on retrouve dans 1 accident sur 8) et la vitesse sont également de gros facteurs de risque.

Près de 9 % des accidents mortels se sont déroulés à hauteur d’un chantier en cours et 30 personnes y ont perdu la vie.

Les causes principales des accidents sont la perte de contrôle du véhicule (29,9 %); le fait que l’on s’écarte de sa bande de circulation (12,3 %); une faute commise à l’occasion d’un dépassement (11,5 %); le fait d’emboutir la queue d’une file (9,8 %); celui de percuter un véhicule se déplaçant normalement (8,4 %).

Par ailleurs, 6,3 % des usagers impliqués dans les accidents mortels sont… des piétons.

Dans 98,5 % des cas, un facteur humain au moins joue un rôle. Ces facteurs sont le plus souvent liés à la perte de contrôle du véhicule. Viennent ensuite les facteurs "psychologiques" (distraction, manque de vigilance), la conduite sous l’influence de l’alcool et le manque d’expérience. Dans un cas sur dix, un pneu était défectueux. Parmi les facteurs liés à l’environnement on trouve, dans l’ordre, les obstacles situés le long de la route, le mauvais aménagement de voirie (absence de rail de sécurité) et les problèmes d’adhérence.

© IPM