Belgique

L'atmosphère traditionnellement paisible dans l'hémicycle du Sénat s'est enflammée quelques instants jeudi à l'heure du vote lorsque Pol Van den Driessche (CD&V) s'en est pris à ceux parmi ses collègues qui durant la semaine ont mis en doute l'utilité de la Haute assemblée. Après Luckas Vander Taelen (Groen! ) appelant à sa suppression (ainsi que celle de la monarchie et des provinces), c'est Patrik Vankrunkelsven (Open Vld) qui, annonçant son retrait de la vie politique, s'en est pris à ce qu'est devenu le monde politique en général et le Sénat en particulier.

Jeudi, au moment du vote, plusieurs sénateurs s'en sont émus, d'autres regrettant que le débat ait été suscité en dehors de l'hémicycle. Philippe Mahoux (PS) a lui condamné ces prises de parole... à l'heure de voter (à l'unanimité moins deux abstentions) l'assentiment à la Convention sur les armes à sous-munitions, considérant ce désordre inapproprié eu égard aux victimes desdites armes.

Dans un communiqué diffusé en néerlandais, le président du Sénat Armand De Decker s'était également inquiété, des sorties plus tôt dans la semaine, affectant le Sénat. Il en a appelé à adopter une attitude constructive au service d'un meilleur fonctionnement de la Chambre et du Sénat. "Puissions-nous trouver ensemble un moyen d'améliorer nos méthodes de travail et des arrangements plus clairs entre les deux assemblées", a-t-il indiqué, affichant sa disposition à oeuvrer en ces sens.