Belgique

Professeur de psychologie de l’enfant, de l’adolescent et de la parentalité, psychothérapeute, Salvatore D’Amore (ULB) accompagne les couples homosexuels qui souhaitent fonder une famille.

Le projet parental d’un couple homosexuel est-il très différent de celui d’un couple hétérosexuel?

Il est en partie semblable. Un enfant est le fruit d’un désir et du passage de ce désir au projet. Cela suppose une série de phases qui peuvent être différentes ou plus complexes pour les couples homoparentaux. L’enfant n’arrive jamais par accident. Ce qui distingue le projet homoparental, c’est le passage obligé par une série de tiers: un centre de fécondation in vitro, un organisme d’adoption, une gestation pour autrui... pour le réaliser. Le parcours d’accès à l’homoparentalité (lire par ailleurs) est parfois long en raison de la dépendance à ces tiers. Cela peut prendre d’un an jusqu’à trois ans dans le cas d’une adoption.

Pas question de faire un enfant sur un coup de tête...

C’est, dans la majorité des cas, le fruit d’une réflexion qui a été longuement mûrie. Les couples homos qui veulent devenir parents annoncent fréquemment leur projet d’enfant, en parlent avec la famille, les amis, les associations, d’autres homoparents...