Belgique

L'entreprise de fruits et légumes frais et préparés Greenyard a revu ses prévisions à la baisse pour 2018-2019 à la suite de l'affaire de contamination potentielle de ses produits à la listeria et de l'extrême sécheresse de cet été, a-t-elle fait savoir lundi par communiqué. Au premier trimestre, le chiffre d'affaires du groupe (Fresh, Long-Fresh et Horticulture) s'est élevé à 1.093 millions d'euros, un peu en dessous (-1,5%) du montant atteint l'an dernier à la même période.

Plusieurs dizaines de cas de contaminations à la bactérie listeria, dont neuf mortels, ont été recensés en Europe ces trois dernières années. Une souche similaire a été relevée dans une usine hongroise du groupe Greenyard qui, par mesure de précaution, a été contraint de lancer un important rappel de produits. L'impact financier de cet épisode a été évalué à 30 millions d'euros après intervention des assurances. Le montant évoqué comprend les coûts liés notamment aux produits, au transport, à la manutention, au stockage, à la destruction, au recours à la sous-traitance...

Les récoltes ont par ailleurs été irrégulières en raison de la météo très estivale de ces derniers mois, entraînant des fluctuations de volumes et de prix, et pesant dès lors sur les résultats financiers. Dans le secteur frais, une pénurie potentielle de 30 à 50% est prévue pour certains produits.

Sur base des perspectives financières, Greenyard s'attend à une baisse de 25% du rebitda (bénéfice récurrent avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement) sous-jacent pour 2018 par rapport à 2017, au lieu des 10% de croissances attendus initialement.