Belgique

Le groupe Etat islamique envisageait de frapper le championnat d'Europe de football, organisé en France en 2016, au moyen d'une voiture piégée, selon France Inter, qui a pu consulter les PV d'audition de Mohamed Abrini.

Mohamed Abrini (sunommé "l'homme au chapeau" après les attentats de Bruxelles) l'a confirmé dans une audition en août 2016 : les attaques de Paris n'étaient que les prémices de nouvelles attaques. En effet, un autre projet terroriste à la voiture piégée était en préparation. Une info qui n'est pas forcément nouvelle, étant donné que le quotidien français Libération évoquait déjà ce projet d'attentat durant le championnat d'Europe en avril 2016.

La voiture piégée constitue l'un des modes d'attaque les plus utilisés par l'Etat islamique. Selon des propos recueillis par France Inter et Reuters, Mohammed Abrini aurait déclaré : "J'avais entendu que c'était le projet. Une voiture ou un camion bourré d'explosifs", raconte Mohamed Abrini au juge. "Comme les centaines de vidéos vues là-bas, les gens qui prennent un camion".

Cependant, Mohammed Abrini a certifié devant les juges qu'il était "contre les attentats", de même que Salah Abdeslam selon lui. Planqués avec d'autres candidats terroristes,"On nous disait qu'il valait mieux qu'on travaille avec eux et qu'on aille jusqu'à la fin, qu'il ne fallait pas nous rendre", poursuit-t-il. "J'ai vu une interview de ma mère qui avait pris un avocat pour moi et qui espérait que je me rende. Mais j'étais avec d'autres personnes".

L'arrestation de Salah Abdeslam, le 18 mars 2016 à Bruxelles, aurait cependant incité les terroristes à modifier leurs plans, optant plutôt pour une attaque coordonnée à Bruxelles, selon Mohamed Abrini qui est également soupçonné d'avoir participé aux préparatifs des attentats du 13 novembre.