Belgique

Jeudi 25 juin, jour noir pour la planète show-biz. Trois heures après le décès de l’actrice américaine Farrah Fawcett, on apprenait celui de Michael Jackson. Et pourtant, vendredi matin, les journaux flamands, même ceux qui avaient bouclé après le décès du plus grand vendeur de disques de tous les temps titraient sur une autre disparition : celui de Yasmine, 37 ans, bekende Vlaming, chanteuse et présentatrice, parfaitement inconnue du public francophone. Avec à l’intérieur plusieurs pages sur elle.

Yasmine, de son vrai nom Hilde Rens, était née en 1972 dans la banlieue anversoise. Elle avait fait ses débuts dans la chanson à l’aube des années 90, puis avait rapidement démarré une carrière parallèle comme présentatrice de télévision. Elle avait présenté notamment l’émission de variétés "Tien om te zien" sur VTM, consacrée à la découverte de jeunes talents. En 2001, elle avait quitté le privé pour le service public et présenté "De Rode Loper" sur Eén : un condensé d’infos sur la planète people. Et puis toujours la chanson : neuf albums en tout dont le dernier est, paraît-il le plus personnel : un hommage à Leonard Cohen. Et voilà. So what ?

En fait c’est surtout la vie privée de Yasmine qui lui avait valu son statut d’icône "B.V.". Dès 1995, elle avait affiché son homosexualité et était rapidement devenue une icône du mouvement gay et lesbien en Flandre. En 2003, elle avait été une des premières à profiter de la nouvelle législation sur le mariage homosexuel. L’heureuse élue s’appelait Marianne Dupon, une lauréate d’une des premières émissions de téléréalité programmées en Flandre : "De Mol", ou la taupe. Mariage très médiatique, cela va sans dire, et encore plus lorsque Marianne Dupon avait accouché d’une petite fille début 2007.

En avril de cette année, la compagne de Yasmine avait mis fin à l’idylle et le couple avait à nouveau fait les choux gras des médias. Yasmine était apparue fort amaigrie et passablement affectée à l’antenne mais personne n’avait imaginé l’issue fatale : on l’a retrouvée pendue jeudi, non loin du domicile de sa soeur, dans sa commune natale.

La tristesse est immense au nord du pays. Mais qui les Flamands pleurent-ils ? La chanteuse, la présentatrice, le couple homo modèle ou l’amoureuse au destin tragique ? Il faut probablement être en connexion avec la planète média flamande pour comprendre. Pour Jan De Troyer, directeur de TV Brussel, c’est probablement la somme de tous ces aspects qui a fait de la jeune femme une "B.V." hors du commun : une femme de médias et de talent, impliquée dans un couple lesbien avec enfant puis très affectée par sa rupture, met fin tragiquement à ses jours. Un personnage de roman, roman dont les Bruxellois et les Wallons ignoraient tout avant que ne s’écrive la dernière page.