L'incroyable triomphe de l'immersion

Vincent Rocour Publié le - Mis à jour le

Belgique

Effet de mode? Nécessité pédagogique? Les deux à la fois? Difficile à dire. Ce qui est sûr en tout cas, c'est que l'enseignement en immersion connaît pour l'instant un véritable boom.

Les chiffres ne laissent aucune équivoque. En septembre 1999, c'est-à-dire lors de la première rentrée qui a suivi l'adoption du décret autorisant ce type d'apprentissage, 9 écoles fondamentales de la Communauté française proposaient un enseignement immersif - lequel consiste à donner, en tout ou en partie, le programme de cours dans une autre langue que le français. Elles ont rapidement fait des émules. En 2001, 25 écoles faisaient de l'immersion et trois ans plus tard, en 2004, 51. Cette année encore, on battra un nouveau record: pas moins de 81 écoles fondamentales proposeront à la rentrée au moins une classe d'immersion (1). Soit une hausse de 59pc par rapport à l'année 2004-2005.

A noter que l'enseignement secondaire suit le même mouvement, mais avec un décalage dans le temps. Si en septembre, seules 11 écoles secondaires de la Communauté française offriront un programme d'immersion, cela ne représente pas moins un doublement de leur nombre par rapport à l'année 2004-2005.

En épluchant la liste des écoles fondamentales, on se rend compte par ailleurs que les élèves sont surtout plongés dans le néerlandais. Sur les 81 écoles fondamentales qui font de l'immersion, 60 ont choisi le néerlandais comme langue d'apprentissage contre 19, l'anglais et 2, l'allemand. Il est vrai qu'il est plus facile de trouver en Belgique des institutrices néerlandophones que des anglophones.

Géographiquement, c'est la province de Liège qui est la mieux fournie avec 26 écoles (dont 6 du secondaire). Suivent le Hainaut (17 écoles dont une du secondaire), Namur (15 écoles dont une du secondaire), le Brabant wallon (14 écoles dont deux du secondaire), le Luxembourg (12 écoles, aucune du secondaire) et Bruxelles (8 écoles dont une du secondaire).

Pour parfaire ce tableau, on ajoutera que c'est le réseau officiel subventionné (enseignement communal et provincial) qui compte le plus grand nombre d'écoles en immersion (53 mais deux du secondaire seulement), alors que le réseau libre n'en possède que 27 (mais sept dans le secondaire) et celui de la Communauté française, 12.

© La Libre Belgique 2005

Vincent Rocour

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM

RECO llb_sb_1

RECO llb_sb_2

RECO LlbSb3

RECO llb_sb_4

RECO llb_sb_5

RECO llb_sb_6