Belgique

Que pensent les Belges de l’intégration des populations d’origine étrangère et du radicalisme religieux en Belgique ? Telles sont les deux questions qui constituent le dernier volet du sondage Dedicated RTBF/La Libre. En voici les grandes lignes.

Cliquez sur l'image pour agrandir

1. Seul 1 Belge sur 5 estime que les populations d’origine étrangère sont bien intégrées. Par contre, plus de 4 Belges sur 10 jugent qu’elles sont mal intégrées. A l’échelon régional, ils sont 45 % des Flamands à le penser, pour 38 % des Wallons et 37% des Bruxellois. Si l’on décline les réponses selon les obédiences politiques, il s’avère, sans surprise, que parmi les Flamands qui ont une perception négative, 67 % se revendiquent du Vlaams Belang (VB) et 59 % de la NV-A. Chez les sondés bruxellois, ce sentiment est davantage partagé au sein des électeurs FDF (48 %) et libéraux (40 %). Enfin, du côté wallon, la moitié (51 %) vote MR, suivi du CDH (34 %) et d’Ecolo (31 %).

2. En ce qui concerne les moyens mis en œuvre pour intégrer les populations d’origine étrangère, la moitié des Belges jugent que la Belgique fait ce qu’il faut, tandis qu’ils sont un tiers à penser que la Belgique ne fait "probablement pas assez", voire "certainement pas assez".Pour un quart des Flamands, la Belgique fait "certainement ce qu’il faut". Parmi eux, on retrouve 42 % d’électeurs VB, 35 % d’électeurs Open VLD et 26 % d’électeurs NV-A. Du côté des sondés bruxellois, le sentiment qui domine pour un tiers d’entre eux est que la Belgique fait "probablement ce qu’il faut". Ici, électeurs MR, Ecolo et PS se tiennent dans un mouchoir de poche avec des proportions respectives de 43, 42 et 41 % . Les Wallons, eux, sont 31 % à considérer que la Belgique fait "certainement ce qu’il faut". Il s’agit principalement d’électeurs socialistes et libéraux.

3. Les sondés se sont également exprimés sur la qualité de l’intégration des personnes d’origine étrangère. Six répondants sur 10 qualifient ainsi de "bien" à "assez bien" réussies les possibilités pour les personnes d’origine étrangère à exercer leur culte/religion et à accéder aux soins de santé. La moitié des sondés jugent également positivement l’accès de ces personnes à l’enseignement et aux soins de santé de même que le respect de leurs droits.En revanche, ils sont à peine un peu plus de 10 % à considérer "bien" à "assez bien" réussis le respect par les personnes d’origine étrangère des règles et valeurs de la société belge, la connaissance par ces personnes de la/des langue(s) de la région où elles résident, la volonté d’intégration de ces populations ainsi que l’entente entre Belges et allochtones. Des tendances qui se recoupent aux niveaux régionaux.

4. Près de 8 Belges sur 10 estiment que l’on assiste actuellement à une montée de certains radicalismes religieux. Un sentiment davantage marqué en Wallonie (80 %) qu’en Flandre (76 %) et à Bruxelles (73 %). En région wallonne, ce sont surtout les électeurs MR et CDH qui expriment ce sentiment, tandis qu’au nord du pays, on retrouve majoritairement des électeurs VB, Open VLD et NV-A et, à Bruxelles, des partisans FDF et MR.

5. 77 % de la population belge se dit inquiète de la montée de ces radicalismes religieux. Une inquiétude que ressentent davantage les Wallons, et plus encore les électeurs MR et CDH. En Flandre, ce sont principalement des électeurs VB, Open VLD et NV-A qui se disent inquiets, tandis que dans la capitale, il s’agit surtout d’électeurs FDF et MR.

Cliquez sur l'image pour agrandir