Belgique

La cour d'assises des Ardennes examinait, mardi, le cas de Mananya Thumpong, cette fillette de 13 ans violée puis mise à mort par Michel Fourniret, le 5 mai 2001 à Sedan (et dont le corps avait été découvert dévoré par les animaux, le 1er mars suivant à Nollevaux en Belgique). A l'audience, Fourniret a comme d'ordinaire reconnu l'assassinat, mais a nié le viol. Alors qu'il l'avait très platement reconnu, détails compris, auprès de sa femme Monique Olivier, après les faits et en faisant preuve à cet égard d'une "suffisance sans limite", avait-elle précisé.

Mais, un peu plus d'un mois après le début des débats, c'est surtout l'émotion des proches de la victime que l'on retient à nouveau. C'est que le tueur en série a été vivement interpellé, au premier des deux jours consacrés à cette partie du dossier, par la mère de Mananya et son compagnon. "Vous croyez être un homme ? Pour moi, vous êtes un rien du tout. [...] Est-ce que moi je ferais ça ? Est-ce que je ferais ça à ta petite fille, à une petite Fourniret ?" a lancé à la barre dans un français parfois défaillant Kanyarat Thumpong, la maman originaire de Thaïlande.

"Surtout ne vous levez pas, c'est la hauteur qui vous convient", a de son côté lancé à Fourniret Brice Longhini, ledit compagnon. "Merci de vous être tu. Merci de ne pas ajouter, à la cruauté de vos actes, la cruauté de vos paroles", a-t-il dit d'une voix posée à l'accusé.

L'ironie des proches de Mananya n'a pas échappé au public qui, dans les salles annexes, semblait l'approuver, même si les familles des autres victimes déjà évoquées avaient plutôt demandé - en vain - à Fourniret de s'expliquer.

Ecoeurantes photos

Toujours est-il que, après la projection des photos médico-légales des restes de Mananya, un avocat a demandé à ce dernier : "Cela évoque quoi, pour vous ?" Le tueur n'a pas répondu. Le président, Gilles Latapie, lui a fait remarquer que sa position était problématique. Fourniret a admis : "Je le mesure, ça ne m'échappe pas."

Un policier a lu ensuite à la barre sa déposition concernant son crime et le premier mari de Mme Thumpong, Hervé Guy, a pour sa part expliqué à la barre que Mananya et sa soeur cadette étaient arrivées en France en 1994 après son mariage avec Mme Thumpong en Thaïlande en 1992. La famille était ensuite retournée dans le pays asiatique pendant deux ans, de 1998 à 2000. Pour connaître ensuite le drame que l'on sait.

On approche en tout cas de la fin de l'examen des faits proprement dits à Charleville. On s'attend à ce que la cour "cuisine" le couple à cet égard ce mercredi. L'examen de la personnalité de chacun débutera lundi.