L'union, célébrée sur tous les tons

BELGA Publié le - Mis à jour le

Belgique

Les Francophones ne veulent pas la fin de la Belgique et l'union des Wallons et des Bruxellois dans un projet commun ne peut que bénéficier à la coopération avec la Flandre, a affirmé jeudi la ministre-présidente de la Communauté française Marie Arena à l'occasion de la Fête de la Communauté. L'union entre Francophones et entre tous les Belges a été largement célébrée par les orateurs pendant la longue cérémonie officielle de jeudi matin, tenue traditionnellement en l'Hôtel de Ville de Bruxelles.

En commençant par Mme Arena, pour laquelle la fin de la Belgique n'est un voeu ni au Nord, ni au Centre, ni au Sud du pays. Elle n'a pas manqué d'évoquer son projet de Commission Wallonie-Bruxelles destinée à élaborer un avenir commun aux Francophones. Il ne s'agira pas d'une séance de "tuyauterie institutionnelle", a promis Marie Arena, en demandant à chaque parti d'y participer sérieusement. Appel lancé notamment à l'adresse du MR: "La quête légitime d'un leadership ne doit pas être un obstacle à l'union des Francophones", a expliqué Mme Arena. Mais aussi à l'adresse du PS lui-même: le projet francophone ne s'oppose pas au fait régional, a-t-elle affirmé.

"Mais c'est dans le cadre belge que nous raisonnons", a-t-elle précisé. Cela renforcera le lien entre Francophones et bénéficiera à la coopération avec la Flandre, a-t-elle ajouté en néerlandais à l'adresse de son homologue flamand Kris Peeters, qui avait répondu présent à l'invitation de la Communauté et auquel elle a aussi proposé de lancer des expériences-pilote d'écoles totalement bilingues.

La priorité est de réaliser le redressement économique des Francophones, a-t-elle dit, annonçant une collaboration sans cesse grandissante entre la Communauté et les Régions wallonne et bruxelloise en faveur de l'emploi. La participation des chefs de file régionaux Rudy Demotte, Charles Picqué et Benoît Cerexhe à la cérémonie est apparue particulièrement symbolique, dans le contexte communautaire actuel. Ils ont embrayé sur les mêmes thèmes "unionistes". M. Picqué a parlé d'un pays "qui ne se divise pas aussi facilement qu'on le croit". En tout cas, Bruxelles ne se rangera pas aux côtés de ceux qui veulent briser les liens, a averti le ministre-président bruxellois. "Cette fois, ça bouge vraiment", a lancé Rudy Demotte à propos des synergies entre Communauté française et Région wallonne.

Le président du parlement communautaire Jean-François Istasse a aussi exposé son credo en faveur du destin commun des Francophones et d'un avenir en Belgique, aux côtés des Germanophones et des Flamands. Parmi de nombreuses personnalités politiques des différents niveaux de pouvoir présentes à Bruxelles, le premier ministre démissionnaire Guy Verhofstadt. L'épouse du président de la République Démocratique du Congo (RDC), Olive Kabila était également là, emmenant une délégation congolaise de très haut niveau.

La RDC est en effet invitée d'honneur de la Fête francophone et les relations entre Communauté française et République démocratique ont été évoquées par l'ambassadeur de cette dernière à Bruxelles, Mutamba Tshapanga, et Mme Kabila. Hommage a été rendu au célèbre grammairien André Goosse et le prix de journalisme du parlement a été remis à Didier Caudron et Bernard Gheur pour leurs reportages dans Sud presse sur l'immigration italienne en Wallonie.

BELGA

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM