Belgique

Les Bruxellois sont descendus, mardi, de 18 heures à 20 heures, dans les cafés et devant les multiples écrans géants pour suivre le premier match des Diables Rouges à la coupe du monde 2014. Environ 12.000 personnes étaient rassemblées devant l'écran géant au pied du stade Roi Baudouin. La frustration a dominé la première mi-temps. L'ambiance était lourde à la suite du premier but algérien. "C'était une erreur d'arbitrage à la première action algérienne", estime John, 28 ans. "Ca a fait mal. Mais, la coupe du monde n'est pas finie". Les Bruxellois ont débuté la seconde mi-temps plein d'espoir. Au but d'égalisation, les supporters ont retrouvé leur fougue et l'euphorie a soulevé les foules au second but belge. "Soyons modestes, visons au moins les quarts de finale", s'emporte Kévin, 32 ans.

"Le pari est réussi", estime Alain Courtois (MR), échevin des Sports à la Ville de Bruxelles. "C'est la première fois que nous allions en dehors du centre de Bruxelles et nous avons eu 12.000 personnes au Stade. La diversité du public bruxellois m'a réjoui". L'ambiance au Stade était bon enfant. Aucun incident important n'a été signalé.

Selon la Croix-Rouge, présente sur les 4 dispositifs à Jette, Auderghem, Woluwe-Saint-Pierre et au Stade, une trentaine d'interventions mineures ont eu lieu et dix personnes ont été évacuées pour des soins traumatologiques.

Dans le centre de Charleroi, quelques bousculades sont survenues entre les supporters des deux équipes juste après le match. Ces accrochages se sont principalement déroulés aux abords de l'esplanade des Beaux-Arts et sur le boulevard Janson, dans le quartier de la Ville-Haute. Plusieurs équipes de police sont intervenues et des interpellations ont eu lieu. La Croix-Rouge fait également état d'un brûlé sérieux, mais non inquiétant, après la manipulation d'un feu de Bengale.



Le Roi aussi participe à la fête

Le roi Philippe a assisté mardi à une brève réunion rassemblant des représentants et managers de 11 entreprises belges impliquées dans l'organisation de la Coupe du Monde de football actuellement en cours au Brésil. Arrivé peu après 16h45 dans les locaux de la FEB (Fédération des entreprises belges), à Bruxelles, le souverain y est apparu souriant, portant une cravate rouge en marque de soutien à l'équipe nationale de football. A la "table ronde" consacrée à la présence entrepreneuriale belge au Mondial, le roi Philippe était entouré, à sa droite, de Pieter Timmermans, l'administrateur délégué de la FEB, et à sa gauche d'André Papoular, le CEO de Schréder. Cette entreprise basée à Namur et présente dans plus de 30 pays a fourni l'éclairage pour plusieurs stades brésiliens. Schréder a notamment "éclairé" tout le stade Mineirao, à Belo Horizonte, dans lequel les Diables jouent mardi leur premier match de poules face à l'Algérie.

Il est d'ailleurs prévu que le roi Philippe regarde le match en question dans les locaux de la FEB, sur le coup de 18h. Une salle y a été décorée pour l'occasion, avec faux tapis d'herbe verte et mini-goal, où le souverain visionnera le match en direct sur écran géant, entouré des 11 managers de la "table ronde" mais également d'une cinquantaine de chefs d'entreprise et des collaborateurs de la FEB.

"C'était très intéressant d'entendre que l'herbe sur laquelle les footballeurs jouent, l'éclairage, les images satellite, les ralentis des actions sont entre autres d'origine belge. C'est impressionnant de voir tout ce que nos entreprises ont fourni dans ce mondial brésilien", a résumé Michèle Sioen, à l'issue de la table ronde.

En-dehors des représentants de la FEB et du CEO de Schréder, les entreprises Art&Facto (conception des cérémonies d'ouverture et de clôture), Barco (vidéos de sécurité du Maracana), Bekaert (enceintes de sécurité de 6 stades), Desso (gazon hybride du stade des Corinthians), EVS (ralentis), Newtec (transmission par satellite), Outside Broadcast (fournisseur technique pour la diffusion des images), Skylane Optics (matériel de téléommunication), AB Inbev et Bayer Material Science ont également participé à la réunion.

Desso, le spécialiste du gazon semi-synthétique, a profité de la retransmission du match qui suivait la réunion pour offrir au roi Philippe un mini tapis de son produit, une sorte de terrain de foot en version miniature.