Belgique

La carte de stationnement pour les personnes à mobilité réduite (PMR) évolue. Les conditions pour son obtention n’ont pas changé mais la démarche a été simplifiée. Finis les formulaires à remplir, une fois le handicap reconnu et la demande faite, la Direction générale Personnes handicapées du service public (DGPH) s’occupe du reste. Les renseignements et photos seront directement obtenus via le registre national. "Il ne faudra qu’environ deux semaines pour que la personne reçoive sa carte dans sa boîte aux lettres, contre huit semaines auparavant", explique le secrétaire d’Etat aux Affaires sociales, Philippe Courard (PS). Un système plus efficace était nécessaire pour traiter les quelque 60 000 demandes de cartes reçues annuellement par la DGPH.

Comme l’ancienne, la nouvelle carte autorise le stationnement sans limitation de durée dans les zones bleues et sur les places pour personnes à mobilité réduire ainsi que le stationnement gratuit sur les places avec parcmètre. Ce droit, octroyé à des personnes et non à des véhicules, est trop souvent usurpé. Photocopies, utilisation après le décès du bénéficiaire, cartes prétendument perdues ou volées Pour contrer ces utilisations abusives, la nouvelle formule est à présent plus sécurisée. Un hologramme rend toute copie difficile et un numéro de série unique devrait empêcher l’utilisation frauduleuse d’une carte perdue.

Pour le secrétaire d’Etat aux Affaires sociales, "l a nouvelle carte ne suffira évidemment pas à régler tous les problèmes liés au déplacement des personnes handicapées. Il faut encore prévoir suffisamment de places de stationnement, idéalement trois places réservées pour 50 places disponibles. Il faut également intensifier les contrôles". En 2010, 42 618 constatations d’infraction ont été recensées par la police. Elles comprennent les utilisations abusives de la carte mais surtout les occupations illégales des places réservées, par des personnes valides. "Un effort important doit encore, à mon sens, être fait au niveau local", a ajouté Philippe Courard qui enverra prochainement une circulaire aux pouvoirs locaux pour que le contrôle sur le terrain soit plus systématique.