Belgique

A 110 km/h . Le 15 août 1974, au plus chaud de l’été, une rame de quatre wagons part de Charleroi-Sud à 18 heures 58 en direction de Bruxelles, sur la ligne 124.

Il est un peu plus de 19 heures quand le train quitte la gare de Luttre. Il s’engage à plus de 110 kilomètres/heure sur le pont qui surplombe le canal Charleroi-Bruxelles, quand le conducteur ressent un choc brusque.

La locomotive poursuit sa route et les deux premiers wagons passent. Mais le troisième déraille et entraîne le quatrième, en tombant sur le chemin qui longe le canal. Déséquilibrée, la quatrième voiture s’encastre dans l’armature métallique du pont.

Des voyageurs s’écrasent sur le chemin de halage, en contrebas; d’autres tombent dans le canal, où vont se noyer quelques-uns de ceux qui tentent de s’échapper des tôles tordues. Quand les secours arrivent sur place, le spectacle est dantesque. Des passagers coincés dans l’amas de tôles doivent être amputés.

La catastrophe de Luttre fera treize morts sur place. Cinq autres passagers décéderont dans les jours qui suivent. L’accident fera aussi une soixantaine de blessés.

Le dossier, mis à l’instruction par le parquet de Charleroi chez le juge André Dumonceaux, ne connaîtra pas d’épilogue judiciaire. On mettra en cause des problèmes d’entretien, mais aussi la chaleur, qui aurait nui au bon fonctionnement d’un aiguillage. Philippe Mac Kay