Belgique

La Chambre a accordé dans la nuit de jeudi à vendredi, majorité contre opposition, la confiance au gouvernement du Premier ministre, 48 heures après qu'Yves Leterme eut donné lecture de la déclaration de politique générale qu'entend réaliser le gouvernement en 2009. 91 députés ont voté la confiance au gouvernement et 51 ont voté contre. Le Premier ministre n'était pas présent au moment du vote, ce qu'a souligné le sp.a. La pentapartite s'était accordée mardi sur le budget censé baliser sa politique l'année prochaine.

Comme la déclaration, le débat parlementaire a été largement l'occasion d'évoquer deux jours durant la crise financière et ses conséquences en Belgique. L'opposition a reproché au gouvernement de ne pas avoir pris en compte les paramètres actualisés aux dernières évolutions économiques pour concocter son budget. Le Premier ministre s'est pour sa part félicité d'avoir pu boucler, dans un contexte difficile, un budget en équilibre qui permette de prendre des mesures pour le pouvoir d'achat et la compétitivité.

Les débats ont été particulièrement longs, l'opposition flamande, sp.a Vl.Pro, Groen!, LDD, N-VA et VB, disposant désormais de plus de poids que l'aile flamande au sein de la majorité fédérale. Fait remarquable en effet, la confiance a été accordée vendredi alors que le gouvernement fédéral est devenu "minoritaire" au nord du pays depuis que la N-VA a rejoint l'opposition après la scission du cartel qu'elle formait avec le CD&V.