Belgique

Dans le cadre des «Journées de la Défense» initiées l'an dernier, la base de Coxyde accueille ce week-end un grand show aérien et terrestre, et présente deux des meilleurs teams acrobatiques au monde, la Patrouille de France et la Patrouille suisse. Au-delà de la popularité indéniable de ce genre d'événement, l'enjeu, pour l'armée belge, est non seulement de montrer ses capacités tant en matériel qu'en savoir-faire, mais aussi de séduire les candidats potentiels aux carrières militaires.

Ceinturons et godillots astiqués, l'on met donc le paquet. Au sol, ce sont toutes les composantes de l'armée qui s'exposent: blindés de tous ordres, antennes médicales, artillerie, écoles et centres de formation, etc. Diverses démonstrations sont proposées, comme des tirs de simulation avec le missile Milan, un exercice de plongée, etc. Le public est lui-même invité à mettre la main à la pâte en s'initiant au mur d'escalade, aux pistes de cordes, ou à faire une balade en véhicule chenillé.

Mais la base de Coxyde étant aérienne, c'est cet aspect - généralement le plus fascinant - qui est le plus développé. Les choses commencent au ras des marguerites, avec ce qu'on appelle le «statique», où les appareils sont exposés sur le tarmac. Coxyde est aussi le nid des Sikorsky Sea King MK 48 spécialisés dans le sauvetage en mer. Le statique fait donc la part belle aux voilures tournantes, autrement dit les hélicos.

Toute la panoplie des engins militaires est là, à commencer par les bons vieux Alouette II et III, suivis de près par les Dauphin, Ecureuil, Gazelle et Lynx français. Mais aussi le Bell UH-1 D de transport de troupes irrémédiablement lié à la guerre du Vietnam, tout comme l'impressionnant Boeing-Vertol CH-47 «Chinook», cheval de trait de l'US Army. Succès commercial appréciable, l'Eurocopter (ex-Bölkow) Bo 105 multirôle est là sous couleurs allemandes ou néerlandaises, et l'on s'en voudrait d'oublier nos chers A-109 Agusta.

Old timers

Côté avions - un engin dont on fête le centenaire cette année -, l'exposition est aussi très attrayante. A l'honneur, notamment, de splendides biplans comme le Havilland DH-82A «Tiger Moth» ou le Boeing Stearman PT-17 «Kaydet», tous deux utilisés à des fins d'écolage lors de la Seconde Guerre mondiale, ou encore onze Stampe & Vertonge SV-4, magnifique engin de conception belge. D'autres ancêtres attirent les regards, comme le Supermarine Spitfire, le biréacteur Canberra PR.Mk.9, ou le bipoutre De Havilland Vampire, cet autre pionnier de la réaction.

Mais un aéronef, c'est encore plus chouette quand ça vole. Côté tant visuel que sonore, l'on est généralement servi par les solides Phantom F-4 F, ou les Mikoyan Gourevitch MiG 29 récupérés à l'Est par la Luftwaffe lors de la réunification allemande. Nos F-16, bien sûr, nos Alpha Jet, bien sûr, sont de la partie, comme tant d'autres machines aussi puissantes qu'agiles.

Tous les regards seront aussi tournés vers les patrouilles acrobatiques, au nombre de quatre cette année. Le Team Orlik polonais, volant sur de très affûtés PZL-130T Orlik, est équipé d'engins à hélices, comme l'est le PC 7 Team suisse, avec ses Pilatus. Après avoir tenu ses Hawker Hunter pendant une trentaine d'années, la Patrouille suisse est passée au Northrop F-5E «Tiger II» en 94, et c'est du meilleur effet. L'emblématique Patrouille de France, elle, monte ses Alpha Jet depuis la fin 1980. Inaugurée le 17 mai 1953 lors du meeting d'Alger, elle est cinquantenaire cette année. Les huit appareils bleu-blanc-rouge adopteront-ils encore la belle formation dite «Concorde», qui décrit l'aspect du célèbre supersonique aujourd'hui mis au hangar?

Les 5 et 6 juillet à la base de Coxyde, de 10 à 19h. Infos au 0496.11.76.95. ou sur www.mil.be

© La Libre Belgique 2003