Belgique

La commune de Molenbeek-Saint-Jean, 95 000 habitants, est au bord de la faillite. Un bilan dramatique lié à l’évolution de sa démographie, à la crise. Mais aussi et surtout à la gestion passée de cette entité bruxelloise, connue comme le fief du socialiste Philippe Moureaux. Ce dernier, mis dans l’opposition lors des dernières élections communales par une coalition MR-Ecolo-CDH, en fut le puissant bourgmestre de 1992 à 2012. Dans les coulisses molenbeekoises, on se rappelle volontiers que c’est lui et son cabinet qui décidaient du budget. Ce qu’il conteste. Reste qu’aujourd’hui, il reviendra à la Région d’éponger les dettes de la commune. Celle-ci est en discussion avec Molenbeek depuis des mois.

"La Libre" a pu consulter une série de documents détaillant les problèmes financiers de la commune. Ils jettent un fameux discrédit sur sa gestion passée. Molenbeek a tout simplement vécu au-dessus de ses moyens, y relève-t-on. A tel point que sans coup de pouce régional, elle ne sera bientôt plus en mesure de payer ses fonctionnaires, les banques rechignant à financer des dépenses courantes. Molenbeek, dont la trésorerie est exsangue, minée par les dettes, est en situation de banqueroute. Comment en est-elle arrivée là ?

La suite à découvrir dans la Sélection LaLibre.be (seulement 4.83€ par mois)