Belgique

Adopté mercredi soir à l'issue de longs débats, ce budget 2015 n'aura qu'une portée fort théorique et provisoire.

Le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé mercredi soir, majorité contre l'opposition, le budget ajusté pour 2014 de la Fédération, ainsi que son budget initial pour l'année 2015. On sait déjà toutefois que celui-ci devra être sensiblement revu en cours d'année prochaine.

En raison d'une dégrédation des recettes due à la mauvaise conjoncture, la Fédération terminera l'année qui s'achève avec un déficit de 92 millions (BIEN 92) d'euros, en très légère hausse par rapport au budget initial.

Pour 2015, la Fédération jouira d'un budget de près de 10 milliards, dont les trois quarts servent traditionnellement à financer l'enseignement.

Ce budget imprimera toutefois une série d'économies à hauteur de 140 millions d'euros, notamment par le non-remplacement des fonctionnaires, une réduction des dotations des différents organismes d'intérêt public (OIP), dont la RTBF, le report de l'engagement de conseillers en prévention dans les écoles, le vente de bâtiments, etc.

Ces budgets ont été approuvés par la majorité PS-cdH. Dans l'opposition, le MR, Ecolo, les FDF, le PTB et le PP ont tous voté contre.

Malgré les différents efforts consentis l'an prochain, la Fédération terminera néanmoins l'exercice avec un déficit programmé de 170 millions d'euros (200 millions en réalité, selon l'opposition MR).

"C'est un budget avec des objectifs, honnête et transparent", a défendu mercredi devant les députés le ministre du Budget de la Fédération, André Flahaut. "Le réalisme impose de considérer que ces économies sont inévitables".

L'opposition MR, elle, a dénoncé un budget sans "aucune vision", selon sa cheffe de groupe, Françoise Bertieaux. "Les économies sont linéaires: non-indexation de tels subsides, report de telles dépenses, étalement d'un investissement. Le gouvernement a choisi de toucher à tout ce qui ne peut pas descendre dans la rue...", a-t-elle ironisé.

Christos Doulkeridis, au nom d'Ecolo, a lui déploré le "manque d'ambition" de la majorité PS-cdH, l'accusant de ne pas se démarquer fondamentalement de la politique de "droite décomplexée" du fédéral en pratiquant une gestion de "centre mou complexé", a-t-il dit.

Adopté mercredi soir à l'issue de longs débats, ce budget 2015 n'aura toutefois qu'une portée fort théorique et provisoire.

Ses chiffres s'appuient en effet sur des prévisions économiques élaborées en septembre dernier qui plaçaient la croissance et l'inflation à respectivement 1,5 et 1,3% l'année prochaine.

Or, selon les dernières estimations de la Banque nationale émises début décembre, ces deux paramètres ne seront finalement que de 0,9 et 0,8% l'an prochain, ce qui impactera sensiblement à la baisse les finances de la Fédération. Un sérieux ajustement budgétaire l'été prochain semble d'ores et déjà incontournable.

Celui-ci sera d'autant plus nécessaire que, sous la pression, la majorité a dû abandonner l'une des mesures d'économies prévues initialement pour l'an prochain, à savoir à la réallocation des moyens dévolus aux frais de fonctionnement des écoles à encadrement différencié.

De plus, l'adoption annoncée --mais non encore formalisée-- d'un saut d'index par le gouvernement fédéral N-VA-MR-CD&V-Open Vld modifiera aussi la donne budgétaire de la Fédération.

Même si le PS et le cdH ne cautionnent pas cette mesure, elle devrait néanmoins permettre à la majorité d'économiser une centaine de millions d'euros environ, soit une petite bouffée d'air pour l'ajustement budgétaire à venir.