Belgique

Ce jeudi, en fin d’après-midi, la ministre de l’Enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles, Joëlle Milquet (CDH), ainsi que ses deux homologues, Hilde Crevits (CD&V) pour la Communauté flamande et Harald Mollers (ProDG) pour la Communauté germanophone, rencontreront le ministre fédéral des Pensions Daniel Bacquelaine (MR).

Empêcher un allongement excessif

Objectif ? "Empêcher, par la négociation entre entités", explique Joëlle Milquet, "que les mesures du fédéral entraînent comme prévu à la fois un allongement excessif de la carrière des enseignants, une diminution du montant de leurs pensions et la suppression des interruptions de carrière rémunérées en fin de carrière. "

Fin octobre, la ministre CDH avait envoyé un courrier à Daniel Bacquelaine pour lui exprimer sa "plus vive inquiétude en ce qui concerne les nouvelles mesures annoncées par le gouvernement fédéral en matière de fin de carrière et de pensions".

Déterminer les métiers lourds

Très mobilisés depuis l’annonce de ces mesures fédérales, qu’attendent les syndicats de cette réunion ? "En termes de pensions, nous attendons que ce qui fait les caractéristiques du régime de pension des fonctionnaires, et donc applicable au personnel enseignant, soit maintenu", affirme Eugène Ernst, secrétaire général de la CSC-Enseignement. A savoir : 1° "que les fonctionnaires aient bien droit à une pension calculée sur un traitement de référence tel qu’actuellement prévu"; 2° "que les années de bonification du diplôme soient intégrées dans le calcul de la pension"; et 3° "que soit maintenu pour les enseignants l’indice préférentiel du calcul de la pension".

Un article à découvrir dans notre sélection Lalibre.be (4,83 euros par mois).