La Flandre idéale de la N-VA

Christian Laporte Publié le - Mis à jour le

Vidéo
Belgique

Kif Kif est une association interculturelle surtout active en Flandre qui se bat pour l’égalité sur tous les terrains sociétaux mais aussi contre le racisme. Son coordinateur Ico Maly prépare une thèse de doctorat sur la rhétorique de la N-VA à l’Université de Tilburg. Une double raison de les interpeller à propos de la fameuse campagne sur l’intégration de Geert Bourgeois ("LLB" 11/5/2012).

Le moins qu’on puisse écrire est que le diagnostic est ravageur. Pour Ico Maly, le fameux kit est "un document intéressant pour jauger comment la N-VA envisage un monde plus globalisé"."Contrairement au Vlaams Belang, la N-VA voit la Flandre comme une région ouverte où tout le monde est le bienvenu mais, à en juger par ce que nous propose Geert Bourgeois, il devient de plus en plus évident que ce n’était que de la propagande. Il ne faut pas se voiler la face : la N-VA est pour une politique d’assimilation dans l’espoir de pouvoir construire une Flandre romantique homogène."

Pour Ico Maly, qui est né chez nous et qui a parfaitement intégré le vivre ensemble multiculturel, "Geert Bourgeois n’a visiblement pas conscience des réalités flamandes de 2012. Dans son esprit, la Belgique et la Flandre sont toujours des ensembles homogènes de Flamands d’origine avec seulement, à la marge, des nouveaux-venus qui ont été intégrés ou qui doivent encore l’être. Il ne semble visiblement pas se rendre compte que la Belgique est devenue depuis les années 1990 une société marquée par une superdiversité."

Et de rappeler qu’"à Anvers cohabitent plus de 170 nationalités; à Gand, il y en a 160 et à Bruxelles il n’y a plus de communauté majoritaire mais une mosaïque de minorités. Et cette superdiversité se manifeste dans les convictions spirituelles, dans leur statut légal, dans leurs convictions politiques, dans leurs rapports avec les pays d’origine".

"Mieux, ces évolutions ne manquent pas de se répercuter aussi bien sur les Flamands nés-natifs ou sur les allochtones. Bref, il y a un véritable métissage mais ce n’est pas la vision de Bourgeois. Sa Flandre à lui est et reste celle des Flamands millénaires. C’est la Nation historique modelée à travers son histoire, comme dirait Bart De Wever. Mais voilà, dans cette Flandre-là, les nouveaux-venus ne sont les bienvenus que s’ils se soumettent à cette idée de Nation et s’ils font leurs ses valeurs et ses normes."

Ico Maly a passé au crible la brochure de Geert Bourgeois. Notamment à propos des fameuses caractéristiques des Flamands. "Ce sont des visions tellement arrêtées qu’en comparaison, le musée de Bokrijk apparaît comme une vision progressiste de la Nation flamande !"

Et de constater encore que l’on se trouve dans une étroite perspective nationaliste : "Un peuple, une culture, une langue sont les soubassements de l’idéologie de la brochure et de la campagne. En fait, les nouveaux-venus ne se voient pas proposer un parcours d’intégration mais une assimilation pure et simple."

Bref, "le fameux kit d’intégration n’est qu’un arsenal de stéréotypes et de préjugés. Contrairement à ce qu’elle est vraiment, la Flandre est présentée comme une nation homogène mais celle-ci n’a jamais existé et n’existera jamais. Même la ville de résidence de Geert Bourgeois, Izegem, ne correspond pas à cette image de la Flandre".

Ico Maly n’en conclut pas moins que la brochure est éclairante : "Elle montre la Flandre idéale à laquelle aspire la Nieuw-Vlaamse Alliantie. Pour une fois, les choses sont claires : c’est cette Flandre-là que Bart De Wever et ses amis veulent construire. On ne peut pas dire qu’elle soit particulièrement sympathique ! Autant le faire savoir à ceux qui voudraient s’y installer : pour la N-VA, les nouveaux-venus sont d’abord des barbares qui à ses yeux ne connaissent pas nos valeurs et nos normes mais qui, pire encore, les rejetteraient ! Il n’y a pas beaucoup d’issues à cette impasse : ou on les décourage à s’intégrer, ou on les accepte quand même mais, dans ce cas, dit la N-VA, ils doivent devenir comme nous. Comme nous ou, plutôt, comme eux, vraiment ?"

Publicité clickBoxBanner