Belgique La Commission européenne a annoncé une nouvelle série de mesures pour lutter contre la présence de l'acrylamide, une substance cancérigène dans les aliments, notamment présente dans les frites. La cause : son mode de cuisson. 
 
L'information nous vient du Nieuwsblad et visiblement, Ben weyts, ministre flamand du Tourisme, craint que " les frites n'y laissent leur saveur". En effet, les frites, jetées une première fois crues dans l'huile, sont ensuite cuites une deuxième fois. “C’est précisément grâce à cela que nous avons les meilleures frites au monde, et je n’ai pas l’intention d’y renoncer”, a martelé Ben Weyts.

Toutefois, ce mode de cuisson entraîne une forte concentration d'acrylamine, une substance cancérigène. “Nous ne pouvons pas la tester sur des humains, mais plusieurs études établissent un lien entre cette substance et les cancers de l’utérus, des ovaires et du rein”, explique au journal le Dr Janneke Hogervorst, qui mène des recherches sur le sujet à l’université de Hasselt.

Le ministre NVA a transmis une lettre à l'intention du Commissaire européen chargé de la sécurité alimentaire afin de lui détailler la spécificité du mode de fabrication à la belge. Selon lui, on pourrait envisager de réduire la température de cuisson mais hors de question de changer la tradition de la frite "il ne nous restera qu'à fermer nos fritkots et à manger des frites surgelées".