Belgique

Des rattachistes qui se détachent

QUERELLE DE CLOCHERS CHEZ LES FRANCOLÂTRES. Un des anciens du RWF-RBF de Paul-Henry Gendebien, l'appelé André Libert, en a claqué la porte pour présider un group(uscul)e «Wallon». Comme d'habitude dans ce genre de divorce, les quittés évoquent une sortie opportuniste (expliquant le départ du renégat par dépit pour ne pas avoir été retenu comme tête de liste régionale du Rassemblement Wallonie-France dans l'arrondissement de Charleroi) et le partant invoque des arguments de fond (ne se retrouvant plus dans les thèses de Gendebien qui ne désespère pas de voir Bruxelles embarquer un grand soir dans la même galère rattachiste à la France que la Wallonie). Fort bien, et on ne les départagera pas. Mais l'émiettement des forces déjà relatives a tout de même des limites. Aussi, vendredi, ledit «Wallon» a annoncé son alliance avec le (petit) concurrent de Gendebien, le group(uscul)e «France» de la liégeoise Marie-France Jarbinet. «Alliance» donc, pas fusion: il ne faut pas exagérer. Bah, du moment que l'Elysée reconnaisse les siens...

Pas de mauvaise humeur à la prison d'Arlon

LE PERSONNEL DE LA PRISON D'ARLON n'entamera aucun mouvement de grève et ne mènera pas d'actions. Ainsi en a décidé le personnel réuni en assemblée générale vendredi. Lassés d'être pointés du doigt depuis le début du procès Dutroux pour une clé de menottes retrouvée dans un paquet de sel, une lame de rasoir découverte dans un fourgon cellulaire, etc., les gardiens avaient réuni hier un comité de concertation avec, à l'ordre du jour, le suivi du procès Dutroux. Après avoir reçu le soutien de la direction de la prison d'Arlon, qui les a elle-même assurés de la confiance des directions régionale et générale ainsi que de la ministre de la Justice, qui ne remettent nullement en question leur travail -«loin s'en faut»-, voilà donc les agents pénitentiaires d'Arlon rassérénés.

© La Libre Belgique 2004