Belgique

Deux millions d'intérêts de retard pour le service des allocs

CARL DEVLIES, DÉPUTÉ CD&V, a récemment demandé par écrit au ministre des Affaires sociales Rudy Demotte (PS) combien les services administratifs sur lesquels il exerce une tutelle payent d'intérêt de retard par an. La réponse vient de lui être fournie. Et elle contient une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne, d'abord: sur l'ensemble des services du SPF Sécurité sociale, un seul paie des intérêts de retard. Il s'agit en l'occurrence du service qui règle les allocations aux personnes handicapées. «Des intérêts sont dus, précise le ministre, quand un délai supérieur à 8 mois s'est écoulé entre la date à laquelle la personne handicapée a introduit sa demande et la date à laquelle une décision lui a été notifiée.» La mauvaise nouvelle, maintenant: le montant de ces intérêts de retard versés annuellement par le service des allocations aux handicapés a sérieusement grimpé au fil des ans. Il s'élevait à 295146,73 euros en 2000, à 402376,52 euros en 2001, à 1138161,10 euros en 2002, à 2124448,25 euros en 2003 et à 1904334,62 euros en 2004. Diantre, quelle somme! On savait que l'administration des allocations pour personnes handicapées avait connu quelques problèmes de personnel, mais on était bien loin de penser que ces problèmes pouvaient avoir eu autant de conséquences budgétaires. La réponse du ministre ne dit pas si le montant des intérêts de retard a baissé en 2005 - sans doute est-il encore un peu tôt. Si ce n'est pas le cas, on suggérera à l'administration d'engager quelques fonctionnaires supplémentaires aux services des allocations pour accélérer l'examen des dossiers. Cela ne devrait pas être impayable. Le salaire de ces travailleurs devrait être compensé sans peine.

© La Libre Belgique 2006