Belgique

Pour Audenaert, le futur de la police est en Inde

Le directeur de la police judiciaire fédérale (PJF) de Bruxelles, Glenn Audenaert, plaide pour une seconde réforme de la police, dix ans après la précédente. "Cette réforme ne doit pas porter sur l’esprit ou l’intention, mais sur l’organisation", explique-t-il samedi dans les colonnes du "Tijd". Selon lui, la police aura du mal à trouver des candidats pour ses postes vacants. "Nous ne pourrons pas remplacer tous les baby-boomers par des personnes du même niveau. [ ] La société se globalise à la vitesse de la lumière, mais la police fait du surplace", estime le directeur qui, par ailleurs, fait l’objet d’une enquête judiciaire concernant ses relations avec un homme d’affaires de Flandre orientale.

Et puis, Audenaert (étiqueté Open VLD) n’exclut pas d’être candidat au poste de commissaire général de la police fédérale. "En 2007, lors de la désignation de Fernand Koekelberg, le comité de sélection m’avait également jugé compétent pour le poste." S’il obtenait cette fonction, l’intéressé modifierait certaines choses. "Nous devrions davantage oser travailler avec le secteur privé. Pourquoi est-ce que le secrétariat social de la police ne pourrait pas être situé à Bombay ? Nos 196 zones de police locale seront bientôt impayables. Nous devrons en outre assumer plus de tâches avec moins de moyens humains "

Il est beau, il est beau, il est beau mon hélico !

Avis aux amateurs de gros "n’avions" et autres "supercopters" : le ministère de la Défense a publié sur son site Internet les huit premières photos de l’un de ses futurs hélicos NH90, en cours de construction et qui devrait être livré d’ici la fin de l’année. La Belgique a passé commande en mai 2007 de huit NH90 et deux TTH en option, pour un montant de plus de 290 millions d’euros. Ils remplaceront les vénérables "Sea King" et "Alouette III".

Merci à la N-VA

On ne félicitera jamais assez la N-VA pour sa vigilance à faire respecter l’ordre sur les terres qui lui sont chères. Elle s’est ainsi plainte auprès d’un Colruyt de Hamme (Gand) de panneaux de déviation installés par le magasin en raison de travaux de voirie ainsi que d’un affichage bilingue aux caisses. Après une "pluie de protestations" (sic), "Colruyt a réagi dans l’heure" en supprimant les messages en français, se réjouit la section locale du parti.

Merci au FN

On ne félicitera jamais assez le FN de continuer à s’étriper. Le bureau politique de ce qu’il en reste a ainsi annoncé, dimanche, que quelques-uns avaient fait "sécession" du Front, dont son président, l’ancien député Patrick Cocriamont. Il a désigné son ancien député wallon Charles Pire comme président faisant fonction. Tandis que l’un des écartés, le délégué Marco Santi, crie au "putsch" et considère Cocriamont comme toujours président, jusque fin 2012. Les événements à l’homonyme français, la succession de père en fille Le Pen, paraissent liés à cette nouvelle déflagration bienvenue.