Belgique

Avant le 15 septembre, les parents et enfants de primaire doivent choisir entre un programme scolaire proposant une heure de religion/morale et une heure de cours de citoyenneté/philosophie ou deux heures de citoyenneté. L’école pourra alors s'organiser pour le premier octobre, date à laquelle les cours commenceront.

Deux heures plutôt qu’une

De nombreux parents d’élèves, qui ont encore une dizaine de jours pour inscrire leurs enfants dans le programme de leur choix, ont reçu, dès la rentrée, une lettre de la Fédération des associations de parents de l’enseignement officiel (Fapeo).

Le document, qui tient en une page, les informe des bienfaits, pour leur progéniture, de choisir comme option les deux heures de cours de citoyenneté et de philosophie et d’abandonner donc de facto le cours de religion ou de morale. “Il s’agit de faire vivre un programme ambitieux et enthousiasmant défini par les réseaux de l’enseignement officiel et de la fédération des écoles libres subventionnées indépendantes”, peut-on lire sur le document distribué.

La Fapeo renvoie également les parents à un site Internet qui fait l’éloge des cours de citoyenneté et de philosophie. On peut y lire  : “Plutôt deux fois qu’une : deux heures par semaine pour ce sujet qui peut apporter la paix dans nos sociétés, c’est le minimum vital. Vous avez le choix : ne vous trompez pas !

Les parents mal informés

Joëlle Lacroix, secrétaire générale de la Fapeo et coauteur de la lettre, se défend. Selon elle, l’objectif premier d’une telle démarche est avant tout d’informer les parents. “Beaucoup sont venus nous trouver en se plaignant de ne pas avoir reçu d’informations sur les cours de citoyenneté de la par de l’école de leur enfant”, explique la secrétaire générale. “Il était de notre devoir de leur en donner. Ils étaient laissés à eux-mêmes”, continue Joëlle Lacroix.

Il n’est d’ailleurs pas question d’associer l’envoi de cette lettre à une quelconque pression de la part de la Fapeo. La fédération, qui s’est précédemment plainte de la demande des évêques de Belgique de maintenir au minimum une heure de religion ou de morale dans l’enseignement officiel, refuse de voir comparer sa démarche à celle de l’Eglise catholique. “Les évêques avaient envoyé une lettre directement à tous les professeurs de religion. Le document de la Fapeo a lui été proposé aux différents pouvoirs organisateurs qui ont fait le choix de la diffuser ou non. Il ne s’agit en aucun cas de pression de notre part”, a conclu l’auteure de la lettre.