Belgique

La Libye va devoir payer quelque 50 millions d'euros au liquidateur d'une ex-asbl du prince Laurent, GSDT (Global Sustainable Development Trust) en vertu d'une récente décision de justice, rapporte vendredi l'hebdomadaire 'Le Vif'. Depuis novembre 2014, GSDT dispose d'une décision judiciaire définitive - un arrêt de la cour d'appel de Bruxelles - forçant l'État libyen à lui verser 38.479.041 euros de dommages et intérêts à la suite d'une rupture unilatérale de contrat.

GSDT avait signé en 2008 un contrat de 70 millions d'euros avec le ministère libyen de la Politique agricole afin de reboiser des milliers d'hectares désertiques sur la côte libyenne.

Mais un ultime recours intenté par la Libye en 2016 - une procédure extrêmement rare appelée "requête civile en rétractation" - pour éviter de dédommager l'ex-asbl après la rupture de ce contrat a échoué et la Libye a été déboutée, affirme 'Le Vif'.

Selon l'hebdomadaire, Tripoli va donc devoir dédommager GSDT à hauteur du montant fixé en septembre 2012 par le tribunal de première instance, confirmé par la cour d'appel de Bruxelles le 20 novembre 2014, assorti des intérêts et des frais de justice. Soit quelque 50 millions d'euros. Cet argent devrait être affecté à Environment Network, la nouvelle asbl créée par Laurent en juin dernier à Waterloo, précise le magazine.