Belgique Le procès Pierson a démarré ce mercredi avec la constitution du jury.

Le procès de Jérémy Pierson a démarré ce mercredi après-midi avec la constitution du jury. Celui-ci est composé de huit femmes et de quatre hommes. Plus cinq suppléants composés de trois hommes et de deux femmes. Parmi les personnes présentes ayant pris place sur le banc des parties civiles, Isabelle Hustin (la maman de Béatrice) et son compagnon actuel. Vincent Berlaimont, le père, n’était pas là. "Je suis prête et déterminée !", avait-elle lancé juste avant de pénétrer dans la salle d’audience. "J’assisterai à la plupart des séances. Moi aussi, j’ai pu me préparer à ce procès avec l’aide de mes conseillers. Ce fut une longue attente de trois ans. Mais aujourd’hui, on y est. Il faut que la justice fasse son travail et qu’elle empêche cette personne de sortir de prison. C’est un être dangereux, cruel et multirécidiviste. Nous attendons une peine exemplaire".

Trois mètres à sa gauche, Jérémy Pierson est entouré de trois policiers. Il porte un costume et baisse souvent la tête et les épaules. Il évite les regards. Avec ses lunettes, on dirait presque un étudiant qui s’apprête bientôt à passer un examen.

Pour la maman , il n’y a aucune autre issue possible que la peine maximale pour Jérémy Pierson. Il faut dire que les actes commis par Pierson sont d’une horreur absolue. Dès lors, qu’attendre de plus à l’issue de ces trois semaines d’audience ? "Je ne sais pas… On verra. La vérité complète, on ne l’aura sans doute jamais. De plus, comment voulez-vous poser des questions à un monstre comme cet individu ? Il n’a aucune empathie. Je ne lui pardonnerai jamais. Je veux juste qu’il reste en prison toute sa vie".

Le son de cloche est identique du côté de son avocate, Anne-Catherine Mignon. "Ma cliente n’est pas revancharde. Elle est sereine et prête. Elle l’a répétée à plusieurs reprises", commentait-elle après cette première séance.

Lundi, le procès s’ouvrira avec la vérification des procédures. Puis, la lecture de l’acte d’accusation et de défense. Et pour terminer, la parole sera donnée à l’accusé. Quant au reste de la semaine, ce sera au tour des témoins, des experts et des enquêteurs qui ont travaillé sur ce dossier. Comme prévu, la sécurité avait été renforcée mais il n’y a pas eu de débordements.

En revanche, la température était étouffante dans la cour d’assises. Le procès risque d’être long pour tout le monde…