Belgique

Le gouvernement wallon a arrêté ou confirmé ce jeudi une vaste brassée de mesures et de projets en matière de mobilité et de transport avec la volonté d'accroître l'attractivité économique de la Région.

Sur le plan des infrastructures ferroviaires, il entend soutenir le projet alternatif d'Infrabel pour la nouvelle gare de Gosselies. Le souhait est que celle-ci soit intégrée au site même de l'aéroport de Charleroi et pas à 2 km du terminal de départs comme le prévoyait le projet initial.

L'exécutif wallon entend également rappeler au Fédéral les retards pris dans les investissements ferroviaires normalement programmés en Wallonie.

Soulignant le potentiel de développement exceptionnel des deux aéroports régionaux, le gouvernement confirme l'intégralité du programme d'investissements de la société wallonne des aéroports (Sowaer), à savoir 267 millions pour Bierset et 171 millions à Gosselies tout en souhaitant voir mener à bien les projets d'allongement des pistes.

Le développement du transport fluvial vers lequel une partie du transport de fret devrait se reporter dans les années à venir est également au programme. Entre 2007 et 2015, la Région consacrera notamment 270 millions d'euros au raccordement du réseau wallon à la liaison Seine-Escaut.

Dans le cadre d'un accord avec la France, 10,5 millions d'euros seront également investis pour le désenvasement du canal Condé-Pommeroeul. Le gabarit de l'ensemble du réseau fluvial wallon est appelé à passer de 1350 T à 2000 T.

Du côté des transports en commun, une expérience pilote visant à mettre en place un service de bus de nuit pour desservir les lieux de sortie des jeunes devrait débuter à la mi-septembre. Une dizaine de circuits payants vont être identifiés par les Tec où les bus effectueront des navettes les vendredis et samedis jusqu'à 4h30 du matin environ.

L'offre de transport pour les personnes moins valides va aussi être doublée. Un projet de décret a également été approuvé visant à autoriser les contrôleurs de bus à percevoir des amendes administratives.

Un schéma directeur cyclable va également être mis à l'étude, qui doit déboucher sur l'élaboration d'un plan global vélo. L'hiver clément ayant en outre permis certaines économies budgétaires, 40 millions d'euros vont être affectés à l'achèvement des 400 km manquants du RAVeL d'ici fin 2008. L'idée d'une "Journée sans voitures" wallonne est également lancée. Elle devrait voir le jour lors des Fêtes de Wallonie en septembre prochain.

Cinquante-cinq points noirs

Last but not least, le réseau routier n'est bien évidemment pas oublié. Sur le plan de la sécurité, 55 points noirs ont été identifiés sur les routes et autoroutes wallonnes. Un plan pluriannuel étalé sur trois ans pour leur aménagement et leur sécurisation va voir le jour, tandis qu'une concertation avec les forces de police devrait aboutir sur un renforcement des contrôles.

Le gouvernement entend également finaliser les "chaînons manquants" du réseau autoroutier wallon. Le programme de financement et le phasage des travaux de la liaison autoroutière Cerexhe-Heuseux-Beaufays a ainsi été approuvé et la réalisation confiée à la Sofico qui prendra en charge l'opération pour un budget de 400 millions d'euros. Les travaux dureront de 2009 à 2011. Les révisions du plan de secteur afin de permettre l'aboutissement des projets routiers autour de la Sortie sud de Charleroi vont également se poursuivre. Ces dernières décisions suscitent l'ire d'Ecolo, qui voit dans celles-ci une confirmation de la "tendance du tout à la pollution".